Le sud de la Suisse sera davantage touché par le réchauffement

ClimatL'Université de Berne a présenté un rapport, cherchant à dégager des conséquences climatiques concrètes à partir de divers scénarios tant pour la flore que pour la faune.

Le sud de la Suisse et plus particulièrement le Tessin pourrait subir d'ici 2085 des périodes de fortes températures, avec des nuits tropicales durant deux mois chaque année.

Le sud de la Suisse et plus particulièrement le Tessin pourrait subir d'ici 2085 des périodes de fortes températures, avec des nuits tropicales durant deux mois chaque année. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les températures vont augmenter d'ici à la fin du siècle en Suisse, et ce plus particulièrement dans le sud du pays. Un nouveau rapport sur les conséquences du changement climatique annonce davantage de nuits tropicales et moins de chutes de neige. La qualité des nappes phréatiques est également menacée.

L'augmentation de la température va faire le bonheur des ravageurs comme le bostryche et la carpocapse. Une génération supplémentaire de ces insectes pourra vivre chaque année en raison du réchauffement, selon le rapport «CH2014-Impacts» présenté vendredi par l'Université de Berne.

Les chercheurs se sont penchés sur l'impact du changement climatique dans différents domaines, tels que la neige et la glace, l'eau, la biodiversité, la forêt, l'agriculture, l'énergie et la santé. Ils ont fondé leurs recherches sur les «scénarios CH2011» consacrés à l'évolution future des températures et des précipitations en Suisse. Les scientifiques ont ensuite cherché à dégager des conséquences climatiques concrètes à partir de ces scénarios.

Hausses de coûts de climatisation

Si aucune mesure radicale contre le changement climatique n'est prise, le Plateau sera rarement recouvert d'un manteau neigeux plusieurs jours de suite à la fin du XXIe siècle. La saison de ski sera plus courte alors que 90% des glaciers auront disparu avant 2100. Les nappes phréatiques vont se réchauffer, ce qui provoquera une diminution de la qualité de l'eau potable.

Il est inutile d'espérer des économies d'électricité, estiment les chercheurs. Les économies réalisées en raison du réchauffement seront englouties dans des dépenses supérieures en climatisation. Le recours à des médicaments et les séjours à l'hôpital seront également plus fréquents compte tenu des températures plus extrêmes.

Croissance des arbres en augmentation

La migration des oiseaux et des plantes vers de plus hautes altitudes va se poursuivre, alors que la biodiversité va s'appauvrir dans les plaines. Les arbres pousseront moins bien dans certaines vallées alpines déjà très sèches actuellement. Ce déclin va affaiblir l'effet protecteur des forêts contre les avalanches et les éboulements.

La situation sera toute autre le long de la limite forestière, où la croissance des arbres sera en augmentation. Les épicéas et les hêtres, qui sont aujourd'hui les essences les plus répandues, ne trouveront plus un milieu adapté en basse altitude.

Le rapport montre les différences régionales marquées en terme de conséquences du changement climatique. En 2085 environ, les Tessinois subiront des périodes de fortes températures, avec des nuits tropicales durant deux mois chaque année. Ces changements affecteront les hommes, les vaches et les forêts. Les inondations et les pénuries d'eau seront plus fréquentes sur le Plateau.

Davantage de vin

Bonne nouvelle pour les amateurs de vins par contre: des conditions climatiques plus chaudes permettront de cultiver des cépages supplémentaires.

Les chercheurs considèrent que la Suisse ne pourra pas échapper à de nécessaires adaptations, que l'on lutte ou non contre le changement climatique. Des mesures, telles qu'une utilisation plus économe des ressources en eau, sont donc nécessaires.

Mais ces dispositions ne suffiront pas, estiment les scientifiques. La diminution des gaz à effet de serre reste plus urgente.

L'étude a été rédigée sous la supervision du Centre Oeschger de recherche sur le changement climatique de l'Université de Berne. Ce rapport a reçu le soutien financier de l'Office fédéral de l'environnement et de MétéoSuisse.

(smk/ats/nxp)

Créé: 14.03.2014, 12h26

Articles en relation

La pause du réchauffement climatique ne durera pas

Environnement Le rythme du réchauffement climatique dans le monde s'est ralenti depuis 1998. Il ne s’agit que d'une brève accalmie, estiment des scientifiques américains et britanniques. Plus...

Les volcans jouent un rôle dans la «pause» du réchauffement

Climat Les cendres projetées par les volcans entraîneraient une baisse provisoire des températures, ce qui correspondrait au ralentissement du réchauffement climatique constaté depuis une quinzaine d'années. Plus...

Le dégel ouvre la voie à des migrations microbiennes risquées

Environnement La fonte accélérée des glaces arctiques résultant du réchauffement climatique ouvre la voie à des mouvements migratoires sans précédent d'agents pathogènes, mettent en garde des scientifiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.