Passer au contenu principal

Tcherski pleure son glorieux passé soviétique

Base arrière des expéditions polaires et port stratégique sous l’URSS, la ville du nord-est sibérien est à l’abandon.

A Tcherski, comme partout en Sibérie, les conduites de chauffage enjambent les routes. Dans le fond la Kolyma brille comme un miroir.
A Tcherski, comme partout en Sibérie, les conduites de chauffage enjambent les routes. Dans le fond la Kolyma brille comme un miroir.
Vinciane Monod
L'épicerie de Ludmila est l'un des rares bâtiments repeints de frais à Tcherski.
L'épicerie de Ludmila est l'un des rares bâtiments repeints de frais à Tcherski.
Vinciane Monod
Galina Nikolaevna,la patronne de l'unique restaurant de Tcherski.
Galina Nikolaevna,la patronne de l'unique restaurant de Tcherski.
Bernard Bridel
1 / 12

Bras croisés, le regard sévère porté sur le monde, il est toujours là. Imperturbable. Mais, barbouillé de rouge par une main iconoclaste, le visage de Karl Marx est celui de la déchéance. A l’image de la grande école à l’abandon devant laquelle se dresse la statue du célèbre barbu. Et de Tcherski, cette petite ville du Grand Nord sibérien, port fluvial des bords de la Kolyma où le passé glorieux est mort, et l’avenir loin d’être radieux.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.