Passer au contenu principal

Filles et garçons choisissent toujours des métiers sexués

L’école et la formation professionnelle peinent à éviter des orientations très stéréotypées.

Les filles sont désormais majoritaires dans les universités, mais n’occupent qu’un poste de professeur sur cinq.
Les filles sont désormais majoritaires dans les universités, mais n’occupent qu’un poste de professeur sur cinq.
ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Les filles réussissent mieux à l’école que les garçons. Elles obtiennent de meilleures notes selon les études PISA et sont aussi plus nombreuses à faire des études académiques. Elles peinent pourtant encore à convertir ces résultats en termes de réussite professionnelle et de valorisation salariale. Farinaz Fassa, professeure de sociologie à l’UNIL, soupèse dans Filles et garçons face à la formation le poids du cursus scolaire et constate «une complicité de l’école à la perpétuation de l’ordre de genre». L’ouvrage l’analyse sur toute la durée de la formation grâce au regroupement de nombreuses études statistiques souvent éparses: «Les travaux précédents s’intéressaient à une portion spécifique du cursus scolaire, ce livre embrasse l’ensemble de la formation obligatoire et post-obligatoire.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.