Des Genevois percent l'horloge biologique des souris

RecherchePour la première fois, des chercheurs de l'Université de Genève ont réussi à observer l'horloge biologique de la souris grâce à des spécimens luminescents.

La mesure de la bioluminescence en temps réel permet de suivre l’expression d’un gène horloger dans le foie de la souris.

La mesure de la bioluminescence en temps réel permet de suivre l’expression d’un gène horloger dans le foie de la souris. Image: UNIGE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs genevois sont parvenus pour la première fois à observer pendant plusieurs mois le tic-tac de l’horloge biologique de souris. Les animaux ont été dotés d’un gène de la luciole qui produit de la lumière. La méthode permet de réduire le nombre de cobayes nécessaires pour ce type de recherche.

Beaucoup de comportements ou de fonctions, comme la faim, le sommeil, le mouvement, sont réglés sur un rythme de 24 heures. La mise à mal de ce rythme, notamment avec le travail en trois-huit, peut par exemple conduire à des troubles du sommeil ou de l’alimentation, voir déboucher sur des dépressions.

Chez l’être humain comme chez la souris, la cadence est donnée par le cerveau. Ce dernier s’ajuste par rapport à la lumière et synchronise les oscillateurs subalternes qui se trouvent dans les cellules, indique l’Université de Genève dans un communiqué. Les chercheurs ont voulu voir ce phénomène.

L’équipe du professeur Ueli Schibler a travaillé en collaboration avec des physiciens de l’Université de Genève pour mettre au point un appareil qui leur permettait d’observer des souris vivantes sur de longues périodes. Le résultat de leurs travaux a été publié par la revue «Genes & Development».

Des souris luminescentes

L’appareil qui a été développé par les Genevois ressemble à une cage équipée de miroirs dans lequel vit une souris sans poil. Cet animal est toutefois différent de ses cousins rongeurs. Son foie contient des gènes horlogers qui ont été couplés au gène de la luciole. Ils émettent donc de la lumière lorsqu’ils s’activent.

Cette faible lumière qui sort de la peau de la souris est captée par un détecteur ultra sensible. Les chercheurs peuvent ainsi relever les fluctuations lumineuses du foie de l’animal et prouver que l’horloge biologique est commandée par le cerveau et par les cycles des repas pris par la souris.

Normalement, pour mener à bien ce type de recherche, des centaines de souris doivent être utilisées. «Pour une expérience similaire avec des méthodes biochimiques classiques, nous aurions eu besoin de vingt fois plus de souris», a fait remarquer le professeur Schibler à l’ats.

Applicable ailleurs

Cette technologie mise au point à Genève est applicable à de nombreux domaines de la recherche biomédicale. Elle pourrait permettre de suivre en direct les actions de métabolites comme le cholestérol ou le glucose. On pourrait aussi observer les effets des traitements dans le cadre de maladies telles que le diabète.

La recherche menée à Genève s’est faite en collaboration avec l’Université d’Ulm et le Centre de génomique intégrative (CIG) de Lausanne. (ats/nxp)

Créé: 02.07.2013, 11h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.