Passer au contenu principal

EtudePlus un médicament est cher, plus il paraît efficace

Une petite étude américaine a démontré qu'un médicament, même placebo, peut avoir jusqu'à 28% d'efficacité en plus si les patients croient qu'il est hors de prix.

L'effet placebo des médicaments est bien connu mais celui du prix reste à découvrir.
L'effet placebo des médicaments est bien connu mais celui du prix reste à découvrir.
Keystone

Plus un médicament est cher, plus il semble efficace, même s'il s'agit d'un placebo, selon une petite étude menée avec des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Jusqu'à 28% d'effets bénéfiques supplémentaires ont été mesurés.

Les attentes des malades jouent un rôle important dans l'efficacité de leur traitement et cet effet placebo a été bien établi, surtout parmi les patients atteints de Parkinson, affirme le Dr Alberto Espay, de l'université de Cincinnati dans l'Ohio, auteur de cette recherche parue mercredi dans la revue Neurology, publiée par l'«American Academy of Neurology».

«Nous avons voulu vérifier si la perception du coût d'un médicament pouvait provoquer la même réponse placebo», explique-t-il. Les chercheurs ont, pour ce faire, indiqué à douze patients souffrant de la maladie de Parkinson qu'ils recevraient deux injections du même médicament, la deuxième une fois que les effets de la première auraient cessé.

100 et 1500 dollars

Les chercheurs leur ont aussi expliqué que la formulation du traitement était la même dans les deux injections, mais que celles-ci avaient été fabriquées par deux laboratoires différents, à un coût de cent dollars pour la première, et de 1500 dollars pour la seconde. Ils les ont assurés que, malgré cette différence de prix, l'efficacité était la même.

En fait, les participants ont reçu deux injections d'une solution saline. Ils ont, après ces traitements, été testés pour mesurer leurs capacités motrices et subi un scanner pour évaluer leur activité cérébrale.

Chez ceux qui ont reçu la dose la plus chère, leur capacité motrice s'est améliorée de 28% comparativement à ceux traités avec la dose bon marché, ont constaté les auteurs.

«Si l'on peut trouver des stratégies pour contrôler la réaction placebo, on pourrait potentiellement optimiser les effets des traitements, en réduisant les doses et peut-être aussi les effets secondaires», relève le Dr Espay.

ats/cht

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.