Passer au contenu principal

Naissance de primates clonés comme Dolly

En utilisant la même technique de clonage que pour la brebis Dolly, des chercheurs chinois ont mis au monde les premiers singes génétiquement identiques.

Les deux macaques crabiers, baptisés Zhong Zhong et Hua Hua, ont respectivement huit et six semaines.

Des chercheurs en Chine sont parvenus à faire naître pour la première fois des primates génétiquement identiques. Ils ont utilisé la même technique de clonage que pour la célèbre brebis Dolly, premier mammifère cloné, il y a plus de vingt ans.

Les deux macaques crabiers, baptisés Zhong Zhong et Hua Hua, ont respectivement huit et six semaines. Ils sont pour le moment en bonne santé, se sont félicités les scientifiques. Dévoilée mercredi dans la revue scientifique Cell, cette réussite est prometteuse pour la recherche médicale, car elle pourrait permettre aux laboratoires de travailler avec des populations de primates génétiquement uniformes, ont-ils souligné. Les primates sont les animaux les plus proches des humains.

«On peut maintenant produire des singes clonés génétiquement identiques, à l'exception des gènes que l'on souhaite manipuler», a relevé Qiang Sun, directeur du centre de recherche en primatologie non humaine à l'académie chinoise des sciences.

Modèles de recherche

Outre «répondre aux nombreuses questions subsistant sur la biologie des primates», cela devrait surtout permettre de «créer des modèles de recherche pour des maladies humaines provoquées par des mutations génétiques comme des cancers, des dysfonctionnements immunitaires ou des troubles du métabolisme», a-t-il précisé. Les laboratoires pourront également «tester l'efficacité de traitements expérimentaux avant de mener des essais cliniques».

Zhong Zhong et Hua Hua ne sont pas les premiers primates clonés, titre qui revient au macaque rhésus Tetra né en 1999 par une méthode de clonage plus simple et plus limitée appelée division de l'embryon.

Les deux petits macaques résultent, eux, d'un transfert nucléaire de cellules somatiques (SCNT), qui consiste à prélever le noyau d'une cellule avec son ADN - dans le cas présent, dans du tissus foetal - pour l'implanter dans un ovocyte non fécondé dont le noyau a été retiré. Une fois ce transfert effectué, l'ADN est reprogrammé à l'aide d'une impulsion électrique et commence à se diviser jusqu'à former un embryon.

Cette technique, utilisée sans problème depuis vingt ans sur plus de vingt espèces animales (chiens, chats, porcs,vaches, etc), s'est avérée beaucoup plus compliquée avec les primates. C'est le premier succès.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.