Pêche fantastique dans les abysses de l'Australie

OcéansUne expédition scientifique partie mi-mai plonger au large de l'Est de l'Australie révèle un nombre incroyable de créatures étranges.

Un poisson donnant l'impression d'être dénué de visage et qui n'avait plus été observé depuis 1873.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un poisson dénué de visage, des créatures effrayantes ou monstrueuses... C'est ce que recèle la pêche fantastique d'une expédition scientifique dans les abysses au large de l'Est de l'Australie.

Partie mi-mai, l'expédition explore pendant un mois avec des caméras, des sonars et des filets la noirceur totale des fonds marins d'une zone qui va de la Tasmanie aux côtes du Queensland, jusqu'à 4000 mètres de profondeur.

Le tout est opéré par 27 scientifiques à bord d'un navire de recherches «The Investigator», sous la direction de Tim O'Hara, un responsable de Museums Victoria, l'organisation gérant plusieurs musées du sud de l'Australie.

Chimères, araignées aveugles, poissons abyssaux de la famille des Chaunacidae, l'expédition a croisé le chemin de créatures extraordinaires.

Pas vu depuis 1873

La rencontre la plus impressionnante a été celle d'un poisson donnant l'impression d'être dénué de visage qui n'avait plus été observé depuis 1873, quand l'expédition scientifique du HMS Challenger l'avait remonté près de l'actuelle Papouasie-Nouvelle-Guinée.

«Il n'a pas d'yeux, et sa bouche est située en dessous», a déclaré à l'AFP M. O'Hara depuis le navire au sujet de ce poisson dont un spécimen a été remonté à la surface. A de telles profondeurs, l'obscurité est totale et les créatures sont souvent dénuées d'yeux ou produisent leur propre lumière, a-t-il expliqué.

Travailler dans un tel environnement est un défi technique et technologique, explique le scientifique. Il faut sept heures pour mettre en place et remonter l'équipement envoyé au fond de l'eau, et relié à «The Investigator» par huit kilomètres de câbles.

Les données collectées devront permettre d'améliorer la connaissance et la compréhension des habitats abyssaux, leur biodiversité et la pression écologique qui s'exerce sur eux. (ats/nxp)

Créé: 31.05.2017, 13h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...