Passer au contenu principal

Mon amour, j’ai décidé de faire une vasectomie

Cette méthode de stérilisation, toujours qualifiée d’irréversible, n’est plus un tabou auprès des jeunes pères.

La vasectomie consiste à couper les canaux déférents, qui transportent les spermatozoïdes produits dans les testicules. Peu pratiquée en France, elle concerne plus de 20% des hommes au Royaume-Uni.
La vasectomie consiste à couper les canaux déférents, qui transportent les spermatozoïdes produits dans les testicules. Peu pratiquée en France, elle concerne plus de 20% des hommes au Royaume-Uni.
CORBIS

«Mon épouse a toujours été antimédicaments et après quatre enfants, il m’est rapidement apparu que la meilleure solution, c’était la vasectomie. J’avais alors 35 ans.» Le témoignage d’Alain, informaticien vaudois âgé aujourd’hui de 43 ans, illustre un phénomène plutôt méconnu dans nos contrées. Contrairement aux pays anglo-saxons, où la pratique semble plus courante: environ un Britannique et un Canadien sur cinq choisiraient de subir une vasectomie! S’il n’existe pas de chiffres suisses, faute de statistiques nationales en matière de santé, cette méthode de stérilisation ne semble plus être un tabou.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.