L’astrophysicien Stephen Hawking soutient l’euthanasie

Grande-BretagneAtteint de la maladie de Charcot, le célèbre scientifique anglais Stephen Hawking a plaidé pour le droit à l'euthanasie dans une interview dans la presse britannique.

Le célèbre astrophysicien se déplace en fauteuil roulant et parle à l'aide d'une machine depuis déjà 50 ans.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking, atteint d’une maladie dégénérative paralysante, s’est dit favorable au droit à l’euthanasie pour les malades en phase terminale.

«Nous ne laissons pas les animaux souffrir, alors pourquoi les humains ?», a demandé le scientifique, âgé de 71 ans, dans une interview à la BBC, tout en insistant sur la nécessité d’un encadrement pour une telle pratique.

Atteint de la maladie de Charcot diagnostiquée quand il avait 21 ans, Hawking se déplace en fauteuil roulant et parle à l’aide d’une machine. «Je pense que ceux qui sont atteints d’une maladie au stade terminal et souffrent énormément devraient avoir le droit de choisir de mettre fin à leurs jours et que ceux qui les aident devraient être exemptés de poursuites», a-t-il dit.

Sous assistance respiratoire depuis 1985

Stephen Hawking avait été placé en 1985 sous assistance respiratoire alors qu’il souffrait d’une pneumonie lors d’un séjour en Suisse, et sa femme avait alors été confrontée au choix d’éteindre ou non la machine.

«Il doit y avoir des garanties pour s’assurer que la personne concernée veut véritablement mettre un terme à sa vie, et qu’elle n’est pas mise sous pression pour le faire», a poursuivi le scientifique. L’interview précédait la sortie d’un documentaire jeudi sur sa vie, et après la sortie de ses mémoires la semaine dernière, «My Brief History».

L’euthanasie est illégale au Royaume-Uni, mais une commission d’enquête a recommandé en janvier 2012 un réexamen de la loi par le Parlement, visant à autoriser les médecins à aider les malades en phase terminale à mettre fin à leurs souffrances.

Le 31 juillet, la justice britannique a refusé d’autoriser le suicide assisté d’un homme paralysé, estimant que la modification de la loi était du ressort du Parlement et non de la justice. (afp/nxp)

Créé: 18.09.2013, 16h03

Articles en relation

Un médecin neuchâtelois condamné pour euthanasie

Justice Jugé dans une affaire d'euthanasie, un médecin neuchâtelois a été condamné lundi à une amende symbolique de 500 francs. La peine tient compte du fait qu’il a manifestement agi avec un mobile honorable. Plus...

Le pape invite à «abroger» les lois si nécessaire

Vatican En faisant allusion au mariage gay et à l'euthanasie, le pape François a invité les parlementaires français à abroger les lois contraires à l'Eglise catholique. Plus...

Le Québec propose d'autoriser l'euthanasie

Suicide assisté Le gouvernement minoritaire du Québec a présenté hier un projet de loi concernant «l'aide médicale à mourir». Si le texte est accepté, il s'agira d'une première au Canada. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.