Pas besoin de vaccin pour l'hépatite E pour l'instant

SantéLe nombre de personnes atteintes par la maladie serait en augmentation, mais les autorités suisses ne préconisent pas de vaccination en l'état.

La Chine est le seul pays à proposer un vaccin.

La Chine est le seul pays à proposer un vaccin. Image: AP/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'hépatite E progresserait en Suisse. Le nombre de cas aigus pourrait atteindre 1500 par an. La Confédération suit l'évolution du problème, notamment via la consommation de foie de porc cru. Une vaccination n'est pas toutefois pas recommandée pour l'instant.

L'hépatite E est une maladie infectieuse du foie causée par un virus. On trouve ce dernier dans les pays à faible niveau d'hygiène, dans l'eau potable ou des aliments contaminés. Mais il est également présent dans les porcs et les sangliers d'Europe centrale.

Une grande majorité inaperçue

La grande majorité des infections passe inaperçue. Lorsque la maladie se manifeste par des symptômes, ceux-ci apparaissent après une période d'incubation d'environ deux à six semaines. Cela commence souvent par de la fièvre, suivie par des douleurs dans le haut de l'abdomen et une jaunisse.

Dans la plupart des cas, la guérison survient spontanément après quelques jours ou quelques semaines. Chez les femmes enceintes et chez les personnes ayant déjà un foie en mauvais état, la maladie peut revêtir des formes sévères et engendrer une insuffisance hépatique. Chez les patients immunodéprimés ou les transplantés, elle peut être à l?origine d?infections chroniques qui peuvent entraîner une cirrhose du foie.

Mortadelle

Dans une interpellation, le conseiller national Ignazio Cassis (PLR/TI) s'inquiète de la progression de la maladie, notamment au Tessin qui a déclaré une centaine de cas entre 2013 et 2016. Les produits à base de foie de porc cru, comme la mortadelle, seraient un facteur à risque.

Le problème a été reconnu, affirme le Conseil fédéral dans sa réponse à Ignazio Cassis. L'Office fédéral de la sécurité alimentaire a envoyé en mai un courrier aux milieux concernés ainsi qu'aux médecins cantonaux pour les sensibiliser. Il y est rappelé qu'il est de la responsabilité des producteurs de ne mettre sur le marché que des aliments ne présentant aucun danger pour la santé.

Parmi les mesures possibles pour réduire les risques, la lettre cite l'adaptation de paramètres techniques comme le traitement thermique des produits ou le choix et le contrôle de la viande crue. Il serait aussi imaginable de renoncer à mettre sur le marché des produits contenant du foie de porc cru.

Les personnes à risques (seniors, femmes enceintes, immunodéprimés, enfants) sont appelées à ne pas consommer des produits carnés s'ils n'ont pas été cuits ou rôtis. Les cantons sont pour leur part invités à communiquer les résultats de dépistage du virus.

Recherches à poursuivre

La Suisse ne dispose pas de données permettant d'évaluer la situation épidémiologique concernant la population dans son ensemble. Une tendance à la hausse des cas est toutefois suggérée par plusieurs informations, comme des tests menés auprès de donneurs de sang. La part des échantillons testés positivement est de 13 à 34% suivant le canton.

Une étude estime à environ 1500 par année le nombre probable de cas d'hépatite E aiguë en Suisse. Au Tessin, une augmentation des pathologies neurologiques, notamment les inflammations des nerfs au niveau des extrémités supérieures, a été constatée. La cause et les conséquences de cette observation font encore l'objet d'investigations.

A ce stade, le risque pour la population est jugé minime, les infections sont considérées depuis des décennies comme bénignes. Mais nul ne conteste la nécessité de surveiller l'évolution à plus long terme, note le Conseil fédéral.

Une campagne de vaccination n'est pas à l'ordre du jour. La Chine est le seul à proposer un vaccin. Mais de nombreuses interrogations subsistent quant à son efficacité et à sa sécurité. L'Organisation mondiale de la santé ne recommande d'ailleurs pas de vaccination systématique contre l'hépatite E avec ce produit, qui n'est en outre pas actuellement autorisé par Swissmedic. (ats/nxp)

Créé: 11.07.2017, 13h56

Articles en relation

Un médicament contre l'hépatite C remboursé

Santé Le Zepatier sera entièrement remboursé à partir de juillet à la plupart des personnes souffrant d'hépatite C. Plus...

Environ 325 millions de malades de l'hépatite

Santé Selon l'OMS, une immense majorité des personnes infectées ne le savent pas. Le virus tue 1,34 million de malades par an. Plus...

Avancée dans la recherche sur l'hépatite B à l'UNIGE

Genève Des chercheurs de l'Université de Genève ont percé l'une des techniques de survie du virus. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dimanche, la population nyonnaise a refusé pour la troisième fois un projet des autorités visant à créer un foyer pour l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Paru le 25 septembre.
(Image: Bénédicte) Plus...