Cancer du sein: nouvelles thérapies en vue

ScienceDes Genevois ont compris pourquoi le traitement anti-œstrogène devenait inefficace au fil du temps.

Illustration

Illustration Image: L. Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour trois quarts des femmes qui souffrent d’un cancer du sein, les œstrogènes sont responsables de la survie et de la prolifération des cellules tumorales. Parmi les traitements principaux contre ce type de cancer, figure un anti-œstrogène appelé Tamoxifène. Or, près du tiers des patientes développe une résistance à la thérapie après quelques années. Des biologistes de l’Université de Genève ont découvert comment cette résistance se mettait en place, en identifiant huit facteurs impliqués dans ce mécanisme. Leur étude a été publiée dans la revue Nucleic Acids Research.

Dans 70% des cas, les femmes atteintes de cancer du sein ont des cellules tumorales pourvues de récepteurs aux œstrogènes, qui constituent un moteur de croissance cancéreuse. Le Tamoxifène inhibe l’activité de ce récepteur et empêche la multiplication des cellules. «Le traitement est plutôt bien toléré, par rapport à une chimiothérapie, mais malheureusement une résistance se développe dans un tiers des cas et le cancer repart», commente Didier Picard, professeur de biologie cellulaire à la Faculté des sciences de l'Université de Genève et auteur de l’étude.

«Nous avions découvert, il y a quelques années, qu’une protéine tout à fait normale, appelée CARM1, favorisait la multiplication cellulaire en cas de cancer.» Cette fois, l’équipe de Didier Picard s’est focalisée sur une autre protéine, nommée LSD1, et «en décortiquant son rôle, a découvert qu’elle participait également à l’activation de la prolifération cellulaire». Idem pour la protéine Hsp90.

Les biologistes ont testé in vitro différents composés chimiques sur des cellules tumorales devenues réfractaires au Tamoxifène. Ils ont découvert que les substances qui inhibent les protéines LSD1, Hsp90 ou encore HDAC freinent également la multiplication des cellules cancéreuses. De plus, les cellules malignes sont à nouveau sensibles au Tamoxifène.

Ces travaux, qui résultent de la recherche fondamentale, pourraient inspirer d’autres groupes de recherche pour imaginer des applications thérapeutiques, indique Didier Picard. Surtout que certains composés sont déjà connus et utilisés dans le cadre de différents essais cliniques chez l’humain. «Des combinaisons thérapeutiques avec l’inhibiteur de LSD1, utilisé contre certaines formes de leucémies et de cancers du poumon, et celui d’Hsp90 pourraient être sérieusement envisagées contre le cancer du sein», relève Marcela Bennesch, première auteure de l’étude.

Créé: 20.06.2016, 19h14

Articles en relation

«Ce traitement pourrait pourtant me sauver la vie»

Santé L’assurance-maladie de Lucienne Favre-Eich, atteinte d’un cancer du poumon, refuse de prendre en charge le médicament prescrit par ses médecins. Les oncologues sont outrés. Plus...

Des ateliers pour apprendre à se faire belle malgré la maladie

Beauté La Fondation Look Good Feel Better offre des cours de maquillage pour les femmes atteintes d’un cancer depuis dix ans. Plus...

Des marshmallows géants contre le cancer du sein

Agriculture Un fabricant suédois propose un emballage pour bottes de foins spectaculaire, mais qui suscite parfois des réactions violentes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...