Passer au contenu principal

Industrie pharmaceutiqueCancer: Résultats positifs pour l'Afinitor de Novartis

Une étude menée auprès de 302 patients a démontré l'efficacité du médicament Afinitor. Il est destiné aux patients atteints d'une forme rare de cancer gastro-intestinal ou pulmonaire.

Le siège de Novartis à Bâle.
Le siège de Novartis à Bâle.
Keystone

Le géant pharmaceutique suisse Novartis a annoncé jeudi que son médicament Afinitor a obtenu des résultats positifs lors d'essais cliniques dans le traitement des tumeurs neuroendocrines non-fonctionnelles d'origine gastro-intestinale ou pulmonaire, une forme rare de cancer.

Ce médicament, également appelé everolimus, a atteint son objectif concernant la survie des patients sans progression de la maladie lors d'une étude de phase III intitulée Radiant-4, a indiqué le groupe bâlois dans un communiqué.

Cette étude, menée auprès de 302 patients, visait à examiner l'efficacité et la sureté de ce médicament, administré en doses de 10mg par jour, pour les patients atteints de tumeurs neuroendocrines non-fonctionnelles d'origine gastro-intestinale ou pulmonaire à un stade avancé.

Cancer difficile à détecter

«Les options de traitement sont actuellement limitées pour cette forme rare de cancer difficile à détecter», a précisé Novartis.

Au moment du diagnostic, la maladie se trouve à un stade avancée chez 44% des patients touchés par ce cancer sous sa forme gastro-intestinale et 28% sous sa forme pulmonaire, ce qui signifie que la maladie a pu se propager à d'autres parties du corps et est plus difficile à traiter.

Les détails de cette étude seront présentés lors d'un congrès médical, a précisé Novartis, qui entend déposer les demandes d'autorisations réglementaires dans le courant de l'année.

Le «blockbusters» des médicaments

L'Afinitor fait partie des «blockbusters», les médicaments qui génèrent un chiffre d'affaires de plus d'un milliard de dollars par an, au sein du portefeuille oncologique de Novartis.

Approuvé dans plus 95 pays, il est utilisé pour traiter des tumeurs d'origine pancréatique, une forme avancée de cancer du sein et ainsi qu'une forme de cancer du rein.

L'an passé, ses ventes s'étaient montées à 1,5 milliard de francs suisses.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.