L'e-cigarette, porte d'entrée vers le tabagisme des jeunes?

Etude L'Institut universitaire de médecine sociale et préventive (IUMSP) à Lausanne a effectué une étude qualitative avec des jeunes de 16 à 24 ans. Conclusion: il faut traiter la cigarette électronique comme un produit du tabac.

Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cool, branchée, la cigarette électronique est une porte d'entrée vers le tabagisme des jeunes. C'est le constat d'une étude de chercheurs lausannois, qui recommandent de la traiter comme un produit du tabac et donc de la bannir des lieux publics et d'en réglementer la vente.

Christina Akré et Joan-Carles Suris, de l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive (IUMSP) à Lausanne, ont effectué une étude qualitative portant sur 42 jeunes de 16 à 24 ans. Les participants ont été répartis en huit «groupes focus», quatre composés de consommateurs de cigarettes électroniques (vapoteurs), deux de fumeurs de cigarettes traditionnelles, un de personnes ne consommant ni l'une ni l'autre (non-fumeurs), et un groupe mixte.

Résultats: la principale raison invoquée pour utiliser les e-cigarettes était l'expérimentation tandis que l'arrêt du tabagisme restait relativement rare. Le fait de pouvoir vapoter là où les cigarettes traditionnelles sont interdites ou de ne pas être obligé de sortir pour fumer étaient aussi des raisons souvent mentionnées.

Mais surtout, l'effet de mode, l'identification avec le produit, l'aspect ludique ainsi que le grand nombre d'arômes proposés ont été énoncés comme attirant énormément les jeunes. «C'est un business, du marketing auquel les jeunes sont sensibles», a indiqué le Dr Suris, «la cigarette électronique est perçue comme cool et branchée».

Conscients du manque d'études

Globalement, l'e-cigarette était perçue comme moins nocive que la cigarette traditionnelle, bien que les participants soient conscients du manque d'études à ce sujet. Néanmoins, cette perception de manque de nocivité est vue comme un facteur attractif supplémentaire.

Bien que certains fumeurs disent s'initier aux e-cigarettes pour essayer de réduire ou arrêter leur tabagisme, la plupart des jeunes ont indiqué qu«ils avaient fini par recommencer à fumer et qu'avec une consommation duale, ils fumaient plus qu«avant. Les fumeurs relevaient que l'absence de nicotine - et, donc, d«effet - ne les attirait pas et pensaient que les e-cigarettes ne pourraient jamais remplacer les cigarettes traditionnelles, soulignent les chercheurs.

Enfin, de manière générale, les participants ont décrit le vapotage comme la porte d'entrée au tabagisme des non-fumeurs, surtout auprès des plus jeunes. «On connaît les garçons», note Joan-Carles Suris, et ils ont tendance à dire: «Quoi, tu vapotes encore? Pourquoi tu ne fumes pas des vraies cigarettes?»

Bannir des lieux publics

La conséquence pour les chercheurs est que les cigarettes électroniques devraient être considérées comme des produits du tabac, et donc bannies des lieux publics. «Cela permettrait de donner un message clair aux jeunes», note le scientifique. Même si aucune preuve de nocivité n«existe quant aux produits utilisés, «le lien et la possibilité de tremplin vers la cigarette traditionnelle représentent un danger».

Cela permettrait aussi d'en réglementer la vente. «Actuellement, ces produits sont vendus dans les kiosques au milieu des bonbons», constate le Dr Suris.

Le manque de preuves sur les effets à moyen et long terme des cigarettes électroniques ainsi que sur le vapotage passif devrait être mis en avant. La question de l'absence de données sur l'efficacité du vapotage comme moyen de sevrage au tabagisme devrait aussi être soulevée, selon ces travaux.

Enfin, la publicité pour les cigarettes électroniques, et surtout sur les arômes, devrait être interdite au niveau national. Et si les cigarettes électroniques sont définies comme un produit nicotinique destiné au sevrage tabagique, les arômes devraient être interdits.

Protéger la jeunesse

Le Dr Suris ne nie pas que l'e-cigarette puisse être utile pour diminuer ou arrêter le tabagisme chez l'adulte. Mais «des mesures visant à protéger les jeunes et les enfants face aux cigarettes électroniques doivent être prises urgemment», écrivent les chercheurs dans leurs conclusions.

«Certains jeunes nous ont dit que c'est une mode et que ça va passer. Je ne sais pas où on va avec ça, mais actuellement, n'importe quel jeune peut acheter ces produits, il faut donc un minimum de législation», selon le Dr Suris.

Les scientifiques vont maintenant poursuivre leurs travaux avec des études longitudinales pour voir ce que deviennent les jeunes vapoteurs. Des données sont disponibles dans le canton de Fribourg. (ats/nxp)

Créé: 05.02.2015, 16h50

Articles en relation

Nouvelle mise en garde concernant l'e-cigarette

Cancer La vapeur contenant de la nicotine peut former du formaldéhyde, une substance plus cancérigène que le tabac, selon une étude. Plus...

L'e-cigarette contient des substances cancérigènes

Vapotage Une étude japonaise démontre que les concentrations peuvent même dépasser celle de la fumée. La variation peut être due aussi à la surchauffe des appareils électroniques. Plus...

La méthode des bons d'achat aide à arrêter de fumer

Prévention Une équipe de chercheurs écossais a étudié l'efficacité d'une méthode originale contre la cigarette: la distribution de bons d'achat pour motiver des femmes enceintes à arrêter le tabac. Avec succès. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.