Une étude sur les greffés alerte sur les bactéries résistantes aux antibiotiques

SantéLes HUG et l’UNIGE ont pris part à ce travail inédit. Il vise à améliorer la prise en charge des patients et tirer la sonnette d’alarme.

Chaque année en Suisse, 600 patients reçoivent un cœur, un rein, un foie ou un poumon.

Chaque année en Suisse, 600 patients reçoivent un cœur, un rein, un foie ou un poumon. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chaque année en Suisse, 600 personnes reçoivent un cœur, un rein, un foie ou un poumon. Le taux de survie atteint 95% dans la première année, 80% dans les huit ans. Et cela malgré le fait qu’un transplanté sur deux est menacé par une infection sévère dans la première année. Alors que les bactéries résistantes aux antibiotiques prolifèrent, un collectif de chercheurs suisses, incluant l’Université de Genève (UNIGE) et les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), a voulu mieux comprendre l’apparition des infections et la manière de les prévenir. Il a produit la plus grande étude publiée à ce jour dans ce domaine. Le point avec Christian van Delden, professeur à la Faculté de médecine de l’UNIGE et responsable de l’Unité d’infectiologie de transplantation des HUG, qui a codirigé l’étude.

Pourquoi mener une étude de telle ampleur?
Il n’existait aucune étude scientifique recensant les infections chez les transplantés de manière exhaustive. Il fallait les documenter précisément pour déterminer l’efficacité des prophylaxies actuelles – mesures destinées à prévenir l’apparition ou la propagation d’une maladie – et améliorer la prise en charge. 3000 transplantés en Suisse ont été suivis entre 2008 et 2014 dans le cadre de l’étude de Cohorte Suisse de Transplantation, financée par le fonds national pour la recherche scientifique. Il s’agit d’un effort scientifique national.

Malgré les progrès de la médecine, un transplanté sur deux reste menacé par une infection grave...
Notre étude montre que nos prophylaxies sont très efficaces pour prévenir des infections avec certains virus, parasites et champignons. Par contre, à notre surprise, les infections restent fréquentes mais sont surtout dues à des bactéries. Pour éviter le rejet de l’organe transplanté, le patient doit prendre à vie des immunosuppresseurs, ce qui paralyse son système immunitaire. Nous avons pu déterminer une chronologie des infections dans la première année. La plupart touchent l’organe transplanté mais les germes responsables sont différents selon qu’on ait été greffé du poumon ou du rein. Il ne faut donc pas administrer le même traitement. Le cœur et le poumon sont plus vulnérables car ils ont un plus grand risque de rejet – il faut donc une immunosuppression plus importante – et que le poumon est exposé aux micro-organismes véhiculés dans l’air. Enfin, si beaucoup d’infections surviennent durant le premier mois après la greffe, le risque reste important pendant toute la première année.

En quoi ces conclusions vont-elles améliorer la prise en charge?
Nos travaux permettent d’établir un guide à l’intention des médecins, pour administrer le bon antibiotique selon l’organe greffé, le temps écoulé depuis la transplantation et le micro-organisme responsable.

Ce rapport sert aussi à alerter sur la surconsommation d’antibiotiques…
En effet. Les transplantés, de par leur vulnérabilité, sont des sortes de «sentinelles» de la société. Ils sont les premiers touchés par des infections et nous «avertissent» de ce qui peut survenir par la suite dans la population générale. Nous avons constaté que plus de 60% des infections dans la première année suivant la greffe sont d’origine bactérienne, et dans la grande majorité dues à des germes de la flore digestive. Le problème est que ces bactéries ont une haute tendance à développer des résistances aux antibiotiques, facilitée par la surconsommation de ces substances. Dans notre étude, 15% de ces germes étaient résistants, mais si ce nombre continue d’augmenter, la situation pourrait devenir dramatique.

La Suisse est-elle épargnée?
La situation en Suisse n’est pas aussi grave qu’en Chine, en Russie, aux États-Unis ou en Europe du sud, où des transplantés sont décédés parce qu’ils ne répondaient plus à aucun antibiotique. Mais le risque que la situation se détériore chez nous est grand.

Face à l’augmentation de cette résistance, que faire?
Il faut limiter la surconsommation, voire la prise inadéquate d’antibiotiques, et les durées de traitement car on sait que le risque d’émergence de résistance est directement lié aux durées. Il faut insister sur le retrait des corps étrangers à risque de surinfection aussi rapidement que possible. On peut également tenter d’améliorer les techniques chirurgicales mais il s’agit d’interventions très délicates et les progrès sont difficiles. Le développement de nouveaux antibiotiques est fortement souhaité; malheureusement, beaucoup de firmes pharmaceutiques s’en détournent au profit de marchés plus lucratifs.

Créé: 13.01.2020, 07h25

En chiffres

Les HUG et le CHUV, à Lausanne, se sont associés pour former le Centre universitaire romand de transplantation. Les opérations sont réparties entre les deux hôpitaux: transplantations du cœur et des poumons à Lausanne; foie et pancréas à Genève. La transplantation rénale se pratique sur les deux sites. On compte 20 à 25 transplantations du poumon par an et autant pour le coeur - ce qui représente la moitié des transplantés en Suisse -, entre 55 et 60 du foie et près de 90 du rein, et une dizaine de transplantations de pancréas par an.

Articles en relation

La «big pharma» déserte les antibiotiques

Santé Alors que l’urgence face aux bactéries hyperrésistantes est à son comble, Novartis vient à son tour d’annoncer la fermeture de son laboratoire de recherche. Pas rentable! Plus...

Les antibiotiques sous surveillance

Médecine La Confédération étudie la possibilité d’effectuer des contrôles de l’usage de ces médicaments. Les médecins, eux, mettent en place des directives Plus...

L’ONU se penche enfin sur le fléau des superbactéries

Santé Des dirigeants du monde entier ont abordé ce mercredi le problème des bactéries résistantes aux antibiotiques. Une première. Plus...

Le spectre d’une bactérie résistante alarme la planète

Santé Une bactérie résistante aux antibiotiques de dernier recours a été identifiée aux Etats-Unis. Plus...

«Les médecins ont prescrit trop d'antibiotiques»

Infections Le développement de résistances inquiète depuis longtemps l’infectiologue Jean-Philippe Chave. Il explique pourquoi il est urgent de réagir. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...