Passer au contenu principal

DépendanceFribourg ouvre un nouveau centre pour les addictions

Le canton veut développer le travail déjà accompli dans la lutte contre le tabac, l'alcool ou le cannabis. L'Etat compte plus de 13'300 personnes dépendantes.

L'ancien Centre de traitement s'occupait d'environ 500 patients par an en ambulatoire. Le nouveau centre cantonal d'addictologie en traitera entre 700 et 900.
L'ancien Centre de traitement s'occupait d'environ 500 patients par an en ambulatoire. Le nouveau centre cantonal d'addictologie en traitera entre 700 et 900.
Keystone

Le canton de Fribourg renforce sa lutte contre les addictions de toutes sortes, avec ou sans produits. Une des preuves les plus concrètes en est l'ouverture il y a un mois du Centre cantonal d'addictologie (CCA), qui remplace le Centre de traitement des addictions.

Le canton met le paquet

Les locaux de ce dernier sont devenus trop exigus et auraient nécessité d'importantes rénovations. Avec le nouveau centre, ambulatoire, l'Etat de Fribourg veut non seulement poursuivre le travail accompli mais le développer. Le CCA se veut ainsi un centre de compétences hautement spécialisé dans le traitement des troubles de l'addiction, qu'elle soit légale ou illégale, avec substance ou sans substance.

Ce centre bilingue constitue l'un des maillons majeurs de la politique cantonale en matière de troubles de l'addiction, aux côtés de la Direction de la santé et des affaires sociales ainsi que du médecin cantonal, écrit vendredi l'Etat de Fribourg dans un communiqué.

Plus de 13'000 dépendants

Avec la mise en service du CCA, le Réseau fribourgeois de santé mentale (RFSM) veut répondre de manière plus globale aux nombreux problèmes de l'addiction, en soutenant les personnes concernées, mais également leurs familles et leurs proches. Le canton de Fribourg compte plus de 13'300 personnes dépendantes, 10'000 l'étant à l'alcool, selon des estimations du Service de la santé.

Plus de 1400 personnes consomment au moins une fois par jour d'autres drogues que l'alcool ou le cannabis. Toutes n'ont pas besoin de substances, qu'elles soient légales ou illégales. Des phénomènes nouveaux comme la cyberdépendance à Internet ou aux jeux vidéo ou encore la dépendance aux jeux d'argent ont fait leur apparition dans notre société, souligne le RFSM.

Ce dernier propose une chaîne de soins qui s'appuie sur le nouveau centre d'addictologie ainsi que sur une unité hospitalière à Marsens (FR), baptisée Thalassa et disposant de 22 lits. Cette dernière traite environ 300 patients par an pour 8«000 journées hospitalières avec une durée moyenne de séjour de 3 semaines.

Plus de 1000 patients par an

L'ancien Centre de traitement s'occupait d'environ 500 patients par an en ambulatoire. Le nouveau centre cantonal d'addictologie en traitera entre 700 et 900. Au total, la chaîne des troubles de l'addiction prendra en charge entre 1000 et 1200 patients par an.

Au CCA, ils seront pris en charge par une équipe pluridisciplinaire spécialisée d«une quinzaine de personnes. Composée de médecins psychiatres, d«un médecin interniste, de psychologues, d'assistants sociaux, d'infirmiers et de collaborateurs administratifs, elle développera en outre des stratégies de soins pour les nouvelles problématiques, notamment les dépendances sans substance.

1,8 million de budget

Le CCA assure également des missions de formation et de prévention, participe à des recherches scientifiques et coordonne ses prestations avec les stratégies nationale et mondiale en matière de troubles de l'addiction. Pour ce faire, le nouveau centre dispose d'un budget annuel de 1,8 million de francs, financé en particulier par l'assurance maladie obligatoire.

Le CCA et les diverses structures publiques sont complémentaires aux institutions privées prenant surtout en charge les toxicomanes. Une des plus connues à ce titre est la Fondation du Tremplin.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.