Passer au contenu principal

Chacun peut soigner ses artères pour limiter le risque d’infarctus

Des douleurs à la poitrine, de la peine à marcher signalent une possible maladie artérielle. Une bonne hygiène de vie diminue les risques.

Les médecins Didier Locca (à g.), cardiologue, et Erik Haesler, angiologue, évoqueront les facteurs de risque.
Les médecins Didier Locca (à g.), cardiologue, et Erik Haesler, angiologue, évoqueront les facteurs de risque.
PHILIPPE MAEDER

«De plus en plus de gens ont des problèmes cardiaques à partir de 40 ans », constate le Dr Didier Locca, cardiologue, médecin accrédité à la Clinique Cecil. Soigner ses artères en agissant sur les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires (infarctus notamment) devrait donc être la priorité de chacun (lire encadré). C’est l’un des messages que le Dr Locca et son collègue, le Dr Erik Haesler, angiologue, souhaitent transmettre lors de la prochaine conférence médicale organisée par 24 heures et le groupe Hirslanden*. Car même si le taux de mortalité lié aux maladies cardiovasculaires a baissé (39,7% en 2000, 35,1 aujourd’hui), grâce principalement aux progrès des traitements, elles restent toujours la première cause de mortalité.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.