Les primes maladies asphyxient le budget d'une famille sur deux

SantéChaque assuré s'attend à payer 270 francs de plus par an en 2018, selon comparis.ch.

La facture de l'assurance-maladie pourrait augmenter de 22.50 francs par mois. (Image d'illustration)

La facture de l'assurance-maladie pourrait augmenter de 22.50 francs par mois. (Image d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’été n’est pas encore achevé que les estimations des nouvelles primes de l’assurance-maladie commencent déjà à tomber. Après la hausse de 2017 de 4,5% en moyenne, 2018 devrait suivre la même tendance pour couvrir des coûts qui ne font que prendre l’ascenseur, 31.6 milliards en 2016. Une récente étude réalisée par le site comparis.ch montre que les ménages suisses s’attendent à une hausse de 5% de leurs primes de base.

Insupportable pour 40% des familles

Une charge que la moitié des familles estime pouvoir difficilement supporter. Pour 40% d’entre elles, cela serait même inenvisageable. Du côté des célibataires, le constat est à peine différent, même s’ils sont plus nombreux à estimer pouvoir assumer une hausse de 20 francs par mois. Avec une hausse pressentie de 5%, c’est en moyenne 22.50 francs de plus par mois et par assuré qu’il faudra dépenser.

Pour les sondés, ces hausses ont trois raisons principales: les fabricants de médicaments, les assurés «qui font preuve d’égoïsme en sollicitant inconsidérément des prestations de santé» et le progrès médical.

Des économies sont possibles

Globalement, les assurés sont prêts à faire des économies si cela permet de baisser leurs primes. Comme par exemple, choisir un modèle proposé par les assurances ou privilégier les génériques. Felix Schneuwly, expert Assurance-maladie chez comparis.ch défend cette option: «Un assuré qui est prêt à payer davantage lui-même en cas de maladie et qui joue la carte de l’efficacité en choisissant le modèle Telmed, médecin de famille ou HMO, devrait à l’avenir, se voir octroyer une remise plus importante sur ses primes.»

«Un assuré qui joue la carte de l’efficacité en choisissant le modèle Telmed, médecin de famille ou HMO, devrait se voir octroyer une remise plus importante sur ses primes.»

Pour faire face à l’augmentation des primes, 32% des assurés renonceraient à des consultations qu’ils n’estiment pas urgentes et 38% seraient prêts à faire une demande de réduction de primes. Un système dénoncé par Felix Schneuwly: «Beaucoup trop d’assurés en bénéficient alors qu’ils n’en ont pas un besoin absolu. Par exemple, des étudiants qui ne vivent plus chez leurs parents alors que ces derniers auraient tout à fait la capacité financière de les soutenir. Cela aux dépens de ceux qui sont réellement tributaires du soutien de l’état.» (24 heures)

Créé: 15.08.2017, 13h47

Les primes maladies 2018 en chiffres

Les ménages suisses s’attendent à une hausse de 5% de leurs primes de base.

Pour 40% des familles, cette hausse serait même inenvisageable.

Avec une hausse pressentie de 5%, il faudra débourser en moyenne 22.50 francs de plus par mois et par assuré.

32% des assurés renonceraient à des consultations qu’ils n’estiment pas urgentes.

38% des assurés seraient prêts à faire une demande de réduction de primes.

Articles en relation

Les primes maladie agitent déjà la campagne de 2019

Santé Après le PS, le PDC veut lui aussi lancer une initiative liée aux coûts de la santé. Le thème sera au cœur des futures élections fédérales. Plus...

Les franchises de l'assurance-maladie devraient être indexées aux coûts

Santé Un projet mis en consultation mercredi pourrait entraîner une hausse de 50 francs chaque trois ou quatre ans. Les rabais liés aux franchises élevées seraient réduits Plus...

Les primes d’assurance maladie vont devenir insupportables

Santé publique Les coûts des soins médicaux devraient augmenter de 60% en Suisse d’ici treize ans, selon le cabinet d’audit Ernst&Young (Suisse). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...