Des produits chimiques favoriseraient le surpoids

SantéCertains produits présents dans les emballages, sur les poêles anti-adhésives ou encore dans les vêtements, favoriseraient le surpoids.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Certains produits chimiques utilisés dans les emballages alimentaires, sur les poêles anti-adhésives ou encore dans les vêtements favoriseraient la prise de poids en interférant avec le métabolisme, en particulier chez les femmes, rapporte une étude américaine publiée jeudi.

«Pour la première fois, nos résultats ont permis de découvrir un nouveau cheminement par lequel les PFASs (les substances perfluoroalkyles, Ndlr) pourraient interférer avec la régulation de la masse corporelle chez les humains et de ce fait contribuer à l'épidémie d'obésité», a affirmé Qi Sun, le principal auteur de l'étude, qui travaille au département de nutrition de l'université d'Harvard.

L'étude, publiée dans le journal PLOS Medicine et réalisée dans les années 2000, s'est penchée sur les effets de quatre régimes suivis durant une période de deux ans. La perte de poids et les taux de PFASs dans le sang ont été mesurés chez les 621 participants obèses ou en situation de surpoids.

Produits présents depuis 60 ans

En moyenne, les participants ont perdu 6,4 kilos dans les six premiers mois, mais ont repris 2,7 kilos au cours de l'année et demie suivante. «Ceux qui ont repris le plus de poids sont aussi ceux qui avaient les taux les plus importants de PFASs dans le sang, et ce lien était plus fort chez les femmes», détaille l'étude.

Les PFASs sont présents dans notre environnement depuis 60 ans et ont notamment contaminé l'eau potable près de sites industriels, de bases militaires ou d'usines de traitement des eaux.

«Les résultats indiquent que le fait de limiter ou éviter l'exposition aux PFASs pourrait aider les gens à garder une masse corporelle stable après une perte de poids, en particulier chez les femmes», résume un autre universitaire d'Harvard, Philippe Grandjean, co-auteur de l'étude. (afp/nxp)

Créé: 13.02.2018, 23h26

Articles en relation

Manger moins vite fait perdre du poids

Santé Il existe un lien entre la vitesse à laquelle on mange et l'évolution du poids, selon une étude publiée mardi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.