Les risques de troubles alimentaires se révèlent dès l’enfance

SantéDes chercheurs genevois ont montré que les enfants avec un poids anormal étaient plus susceptibles d’être touchés par ces troubles.

Les locaux du Centre de Développement de l’Enfant situé à proximité de l’Hôpital des enfants, Genève.

Les locaux du Centre de Développement de l’Enfant situé à proximité de l’Hôpital des enfants, Genève. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les troubles des conduites alimentaires – anorexie, boulimie ou encore hyperphagie – se déclarent généralement à l’adolescence. Et ils sont en augmentation. Alors pour tenter de mieux comprendre leurs causes et les identifier plus rapidement, des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE), des Hôpitaux universitaires (HUG), avec des collègues américains, ont analysé les données de 1500 participants d’une étude britannique ayant suivi des parents et leurs enfants sur plus de vingt ans.

Les mesures de poids régulières les ont amenés à faire le lien entre un poids corporel anormal chez les jeunes enfants et un risque plus élevé de développer des troubles alimentaires à l’adolescence. Les chercheurs ont ainsi pu montrer qu’un poids anormalement haut ou bas dès l’âge de deux ans augmente significativement le risque de développement ultérieur de troubles.

«Jusqu’à présent, nous n’avions que très peu d’indications sur la façon d’identifier les enfants à risque accru de développer des troubles de l’alimentation plus tard à l’adolescence», rapporte la professeure Cynthia Bulik, spécialiste des troubles de l’alimentation à l’Université de Caroline du Nord. L’examen de ces courbes de croissance de milliers d’enfants a permis d’établir des profils d’alerte signalant les enfants les plus susceptibles d’être touchés par ces troubles.

Cette découverte doit permettre de développer des outils de détection précoce «qui pourraient notamment entrer dans les contrôles de routine effectués par les pédiatres de ville», indique Nadia Micali, professeure à la Faculté de médecine de l’UNIGE et médecin-cheffe du service de pédopsychiatrie des HUG, qui a dirigé ces travaux. À ces outils s’ajoute une meilleure sensibilisation, afin que ces praticiens soient particulièrement attentifs aux enfants qui tombent en dessous de leur courbe de poids – ou qui sont au-dessus – pendant plusieurs années. «Car plus tôt le problème est identifié, mieux il pourra être pris en charge, tant du point de vue familial qu’individuel», ajoute la professeure.

L’étude des chercheurs a aussi permis de préciser les causes multiples des troubles alimentaires. Si ceux-ci sont essentiellement de nature psychiatrique, d’autres facteurs de risques sont également à l’œuvre, notamment socioculturels, environnementaux et génétiques, comme l’explique Nadia Micali. «Les différences dans le poids corporel des adolescents qui ont par la suite développé des troubles de l’alimentation ont commencé à apparaître à un très jeune âge, bien trop tôt pour être causées par des pressions sociales pour être mince ou suivre un régime. Une explication plus probable est que les facteurs métaboliques sous-jacents qui sont déterminés par la génétique pourraient prédisposer ces individus à une dysrégulation du poids.»

(24 heures)

Créé: 03.02.2019, 16h02

Articles en relation

Manger n’importe quoi durant la grossesse nuit au bébé

Santé Perdre le contrôle sur l’alimentation augmente le risque d’obésité de l’enfant, montre une étude. Plus...

«Je suis partie à l'étranger pour soigner mon fils»

Témoignage Son enfant était nourri par sonde parce qu’il ne mangeait pas assez. Opposée à la chirurgie, cette Vaudoise a trouvé la solution en Autriche. Plus...

La face cachée de vos aliments préférés

Nutrition Que contiennent les best-sellers de l’industrie agro-alimentaire? Nous les avons passés au rayon X pour découvrir leurs secrets de fabrication. Plus...

L’alimentaire: la prochaine grande bataille d’Internet

Commerce de détail La filiale de Migros, LeShop.ch, a étoffé ses ventes en 2016 mais elles restent marginales. Le marché de la vente de nourriture en ligne va pourtant au-devant de changements inédits. Plus...

Le cauchemar de jeunes anorexiques à l’hôpital

Médecine Des jeunes femmes dénoncent la dureté et l’inefficacité de certains traitements subis dans les hôpitaux de la région genevoise. Aperçu d’une autre méthode. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.