Le TF confirme l'amende pour trois géants pharmaceutiques

Entente sur les prixMon-Repos a donné raison jeudi à la COMCO, qui s'était opposée au fait que les trois groupes aient fixé le prix de médicaments sous forme de prix publics recommandés.

Pour s'être accordés sur les prix du Viagra, du Cialis et du Levitra, les groupes Pfizer, Bayer et Eli Lilly devront verser une partie des bénéfices enregistrés entre avril 2004 et décembre 2008.

Pour s'être accordés sur les prix du Viagra, du Cialis et du Levitra, les groupes Pfizer, Bayer et Eli Lilly devront verser une partie des bénéfices enregistrés entre avril 2004 et décembre 2008. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral confirme une sanction contre les groupes pharmaceutiques Pfizer, Bayer et Eli Lilly. La Commission de la concurrence (COMCO) leur reproche un accord sur les prix du Viagra, du Cialis et du Levitra. Ils devront verser une partie des bénéfices enregistrés entre avril 2004 et décembre 2008.

La plus haute instance judiciaire de Suisse ne précise pas la somme à verser. En plus de l'amende, les trois groupes devront payer chacun 115'000 francs pour les frais d'enquête.

Par leur décision publiée jeudi, les juges de Lausanne cassent le verdict rendu par le Tribunal administratif fédéral (TAF) le 3 décembre 2013. Celui-ci avait accepté le recours des entreprises contre la sanction de la COMCO.

La COMCO n'accepte pas que les trois groupes aient fixé le prix de ces médicaments sous forme de prix publics recommandés. Selon elle, cela contrevient à la loi sur les cartels.

Prix appliqués tels quels

Ces prix auraient été intégrés aux systèmes informatiques spécifiques de la branche ou auraient été directement transmis par les grossistes aux pharmacies et aux médecins dispensant des médicaments. La plupart les a appliqués tels quels.

Le TAF estimait que la loi sur les cartels ne s'applique pas à ce cas, car les médicaments concernés, soumis à ordonnance, ne dépendent pas de la concurrence. Toute publicité pour ces médicaments est interdite.

«Facteur honte»

Le tribunal sis à St-Gall soulignait aussi le «facteur honte» lié à l'achat d'un médicament contre les troubles érectiles. Par souci de discrétion, le patient ne va pas chercher le prix le plus intéressant.

Le TF arrive lui a une autre conclusion: selon la loi sur les produits thérapeutiques (LPTh), les patients doivent pouvoir facilement comparer les prix. Les caisses maladie doivent pouvoir rendre leurs assurés attentifs aux sources d'approvisionnement les moins coûteuses.

La LPTh indique aussi que les comparaisons de prix de médicaments soumis à ordonnance sont admissibles. Il y a donc bien une concurrence possible. C'est pourquoi la loi sur les cartels s'applique, conclut le TF. (ats/24 heures)

Créé: 12.02.2015, 15h14

Articles en relation

Annulation de l'amende à trois géants pharmaceutiques

Justice Les géants pharmaceutiques Pfizer, Bayer et Eli Lilly étaient accusés par la Commission de la concurrence (COMCO) de violation de la loi sur les cartels en fixant le prix de revente du Viagra, du Cialis et du Levitra. Plus...

Des millions de faux Viagra saisis à travers l'Europe

Contrebande Les polices de plusieurs pays européens ont arrêté douze personnes lundi et ont saisi des millions d'euros au cours d'une rafle contre des vendeurs de fausses pilules Viagra, a annoncé Eurojust. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...