Un dinosaure ailé séduisait avec son plumage

PaléontologieIl n'y a pas que les oiseaux qui peuvent faire les beaux avec leur plumage. Des chercheurs ont montré qu'un tout petit dinosaures possédait des couleurs à pâlir d'envie.

Ce dinosaure qui vivait il y a 130 millions d'années disposait de belles couleurs.

Ce dinosaure qui vivait il y a 130 millions d'années disposait de belles couleurs. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une équipe sino-américaine de paléontologues a révélé que le plumage d'un tout petit dinosaure datant de 130 millions d'années avait des couleurs flamboyantes.

Une première qui montre que ce trait jouait un rôle clé pour la séduction tôt dans l'évolution des espèces.

Les plumes de ce microraptor à quatre ailes gros comme un pigeon avaient des reflets noirs et bleutés comme celles d'un corbeau. Il se nourrissait d'insectes et vivait dans les arbres de ce qui est aujourd'hui le nord-est de la Chine.

Il s'agit du premier dinosaure dont les scientifiques ont pu reconstituer cette caractéristique de son plumage à partir d'un fossile mis au jour en 2003.

L'iridescence est très répandue aujourd'hui dans la nature. De nombreux insectes, papillons, poissons et oiseaux doivent leurs couleurs flamboyantes à ce phénomène optique qui fait qu'une surface paraît changer de couleur selon l'angle depuis lequel on la regarde prenant les couleurs de l'arc-en-ciel.

Important pour la séduction

«Cette étude donne un regard sans précédent sur l'apparence de cet animal quand il était vivant», souligne Mark Norell, président de la section paléontologie du Musée américain d'Histoire naturelle, un des auteurs de cette communication parue dans la revue américaine Science.

«Les oiseaux modernes se servent de leurs plumes colorées pour beaucoup de choses allant de la thermorégulation, au camouflage, en passant par la séduction», explique Matt Shawkey, professeur de biologie à l'Université d'Akron (Ohio), qui a également participé à l'étude. Cette découverte montre que «l'iridescence des couleurs était déjà importante pour la séduction relativement tôt dans l'évolution», selon lui.

Le paléontologue souligne également l'importance du fossile de ce microraptor qui représente «très clairement une transition entre les dinosaures et les oiseaux dont il a beaucoup de traits morphologiques».

«Les caractéristiques uniques des ailes de ce microraptor nous aident aussi à comprendre l'origine du vol», note-t-il. Des dinosaures, il a les dents, la forme des pattes avant et sa longue queue osseuse et étroite, précise le chercheur.

Les chercheurs ont, grâce à des microscopes capables de scanner des électrons, analysé la forme des mélanosomes à l'intérieur desquels sont fabriquées les mélanines, des pigments protégeant la peau des radiations solaires, et en déduire ainsi les couleurs produites. (ats/nxp)

Créé: 09.03.2012, 16h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.