Un robot volant sphérique qui se joue des collisions

EPFLDes chercheurs de l'EPFL ont développé un robot volant, baptisé Gimball, qui se cogne et ricoche contre les obstacles, plutôt que de les éviter. L'objectif est de pouvoir évoluer là où les autres robots ne peuvent pas aller.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cette sphère vrombissante de 34 centimètres de diamètre n'en suit pas moins sa route dans des environnements accidentés, sans avoir besoin de capteurs. Le concept est inspiré du monde des insectes, a indiqué mercredi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). «Les insectes volants gèrent très bien les collisions. Pour eux, les chocs ne sont pas vraiment des accidents, ils sont conçus pour les encaisser», explique Adrien Briod, doctorant au Laboratoire des systèmes intelligents.

Gimball est protégé par une cage en treillis sphérique et élastique, à même d'encaisser les chocs et de rebondir, et maintenu en équilibre par un système de stabilisation gyroscopique. Il est ainsi parvenu à traverser une forêt des hauts de Lausanne en se heurtant de tronc en tronc sur plusieurs centaines de mètres, muni d'une simple boussole et d'un capteur d'altitude.

Propulsé par une double hélice et dirigé par des ailettes, le robot garde son cap malgré les collisions. De précédentes versions qui n'étaient pas stabilisées tendaient à partir dans toutes les directions suite aux impacts. Avec son collègue Przemyslaw Mariusz Kornatowski, M. Briod a mis au point un système de stabilisation gyroscopique: un double anneau en fibres de carbone, qui maintient le robot à la verticale, tandis que la cage sphérique absorbe les collisions en tournant.

Capteurs lourds et fragiles

La plupart des robots se dirigent grâce à un réseau de capteurs, qui leur permettent d'éviter les obstacles. Mais selon Adrien Briod, ces capteurs sont lourds et fragiles. De plus, ils peuvent ne pas fonctionner dans certaines conditions, par exemple si l'environnement est enfumé.

L'objectif des chercheurs est de pouvoir évoluer là où les autres robots ne peuvent pas aller, comme dans un immeuble écroulé après un tremblement de terre. La caméra embarquée pourrait fournir des informations utiles aux secouristes.

Gimball est l'héritier d'une longue lignée de robots collisionneurs développés à l'EPFL. Il sera présenté au public à Tokyo, dans le cadre de l'exposition de robotique IREX, du 5 au 9 novembre. Ce projet a été réalisé dans le cadre du Pôle de Recherche Nationale (PRN) Robotique lancé par le Fond national suisse.

(ats/nxp)

Créé: 30.10.2013, 16h17

Articles en relation

Le Human Brain Project de l'EPFL s'installe à Genève

Recherche La Fondation Wyss et la famille Bertarelli ont annoncé en mai l'acquisition du site de Sécheron à l'entrée de Genève, ex-Merck Serono. Plus...

L’EPFL trouve la clé de Kickstarter

Formule magique Des chercheurs de l’EPFL ont développé une formule permettant de prédire après quatre heures si un projet soumis au financement collaboratif va réussir ou non. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.