Passer au contenu principal

Airbus reprend ses vols stratosphériques

L'avionneur a testé un planeur dans la stratosphère samedi dans le Nevada.

Le PDG d'Airbus Tom Enders et le chef pilote Jim Payne après l'atterrissage de l'Airbus Perlan 2 à Minden (Etats-Unis), le 7 mai 2016.
Le PDG d'Airbus Tom Enders et le chef pilote Jim Payne après l'atterrissage de l'Airbus Perlan 2 à Minden (Etats-Unis), le 7 mai 2016.
AFP

L'avionneur Airbus a accéléré samedi son aventure vers la stratosphère, en testant dans le Nevada le planeur spatial Perlan 2. L'essai, reporté de deux heures en raison de la pluie, a été réduit à une dizaine de minutes, car l'appareil est jugé plus efficace en temps sec.

La durée initialement prévue du vol était de trente minutes à deux heures. «C'était court, (mais) on ne voyait plus très bien à cause de gros nuages. Autrement, on y serait resté plus longtemps», a déclaré le copilote Tom Enders, qui est également le président du groupe.

L'objectif de cet essai s'inscrit dans une campagne de vols débutée en mars. Il doit confirmer qu'un équipage peut survivre dans des conditions similaires à celles de la planète Mars.

Airbus et l'association américaine mission Perlan 2, à l'origine de ce projet, souhaitaient initialement samedi tester l'ensemble du système de cet aéronef sans moteur qui devait être soumis pendant le vol à différentes vitesses et à divers scénarios d'altitude, de stress et de vibrations.

Stabilité

Ils espéraient notamment déterminer si cet appareil était vraiment solide et s'il pouvait résister à des conditions intenses pouvant potentiellement le détruire.

Finalement, ce n'est que la stabilité, des changements de vitesse et l'efficacité de l'appareil qui ont été testés, l'avion n'ayant volé que jusqu'à 7000 pieds (2134 mètres). «L'appareil est très stable. Nous avons pu recueillir les données que nous souhaitions avoir sur ce plan», a indiqué Jim Payne.

La mission Perlan 2 est un projet de planeur spatial développé par une association regroupant des spécialistes en ingénierie et en aérospatial. Airbus, qui envisage de construire des avions pouvant voler à des altitudes supérieures aux moyennes actuelles, lui a promis jusqu'à 4 millions de dollars ce qui en fait l'un des plus importants donateurs.

Pas de lourde combinaison

Avec près de 26 mètres d'envergure pour 816 kilogrammes, ce planeur a été conçu pour grimper jusqu'à 90'000 pieds (27'400 mètres) d'altitude, où la densité de l'air ne représente que 2% de celle du niveau de la mer. Son système de pressurisation est censé maintenir la cabine à une pression équivalente à 15'000 pieds, selon Airbus, ce qui évite de porter de lourdes combinaisons.

Perlan 2 compte également collecter des informations pour aider à lutter contre le changement climatique, car il devrait pouvoir aller jusqu'aux portes de l'espace étudier l'atmosphère.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.