Alerte aux perturbateurs endocriniens

EuropeUne ONG avertit de la présence probable de perturbateurs endocriniens dans les assiettes des Européens.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des traces de substances suspectées d'être des perturbateurs endocriniens se retrouvent dans les assiettes des Européens, avertit mardi l'ONG Générations futures, qui plaide pour que l'alimentation soit prise en compte dans le nouveau volet de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens.

Générations futures a épluché le dernier rapport de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) sur les résidus de pesticides dans les aliments. Ce rapport, publié en juillet et qui porte sur des données de 2016, concluait que 96% des échantillons analysés se trouvaient dans les limites légales et que 51% étaient exempts de tout résidu quantifiable. L'ONG s'est intéressée aux 49% restants, où des traces quantifiables de pesticides ont été détectées.

Sur 109'843 échantillons concernés, 69'433 sont des résidus de pesticides perturbateurs endocriniens suspectés, selon Générations futures, ce qui lui fait dire que «plus de six résidus de pesticides sur dix quantifiés dans l'alimentation européenne sont des perturbateurs endocriniens suspectés», selon un communiqué.

Critères trop restrictifs

Pour cette étude, l'ONG s'est basée sur la base de données TEDX, qui répertorie les molécules suspectées d'avoir un effet de perturbation endocrinienne. «Il n'existe pas de liste pour les perturbateurs endocriniens» comme c'est le cas pour les substances cancérogènes et cette base de données «est sans doute la plus complète», explique à l'AFP le directeur de l'ONG François Veillerette.

L'Union européenne a adopté en décembre des critères de définition des perturbateurs endocriniens, avec des années de retard, mais sans convaincre les ONG. Lesquelles pointent du doigt des critères jugés trop restrictifs, puisqu'il faut non seulement démontrer qu'une substance est un perturbateur endocrinien et qu'elle a des effets négatifs, mais aussi démontrer son mode d'action.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances ou des mélanges chimiques capables d'interférer avec le système hormonal. Ils peuvent avoir des effets négatifs sur la croissance, la fertilité, le comportement et être à l'origine de certains cancers. Ces substances peuvent être présentes dans des détergents, des plastiques, des cosmétiques, des textiles, des peintures mais aussi certains pesticides.

La France a adopté en 2014 une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens et a banni l'un des plus connus, le bisphénol A, des biberons et des contenants alimentaires. Le second volet de cette stratégie est en cours d'élaboration. «Dans la version provisoire (de ce texte), il n'y a quasiment rien sur l'alimentation, ce qui nous choque», affirme François Veillerette, dont l'ONG demande que cette question, avec celle des emballages alimentaires, soit mieux prise en compte. (afp/nxp)

Créé: 04.09.2018, 05h28

Articles en relation

Berne va étudier l'impact des produits chimiques

Projet pilote Un projet pilote de biosurveillance va mesurer les traces de polluants, de perturbateurs endocriniens ou de micronutriments dans des échantillons biologiques. Plus...

Des pesticides dans des mueslis aux fruits non bio

Alimentation Une ONG affirme que des préparations de marques comme Kellogg's et Nestlé contiennent des perturbateurs endocriniens. Plus...

Les perturbateurs endocriniens sous la loupe

Union européenne Bruxelles s'est penché mercredi sur ces substances nocives, qui induisent des effets indésirables sur le corps humain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...