La biodiversité des rivières révélée par l'ADN

EnvironnementIl est possible de déterminer la biodiversité d'une rivière à l'aide de l'ADN environnemental, rapportent des chercheurs zurichois.

Image: ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Désormais, l'ADN environnemental permet de mesurer la biodiversité non seulement dans la rivière mais aussi dans les milieux limitrophes, selon ces travaux menés par des scientifiques de l'Université de Zurich (UZH) et de l'Institut de recherche sur l'eau Eawag. Jusqu'ici, toutes les espèces présentes devaient être collectées et identifiées une à une.

Tous les organismes libèrent en permanence de l'ADN dans le milieu environnant, sous forme de peaux ou de déjections par exemple. L'idée a germé depuis peu d'utiliser cet ADN dit environnemental pour déterminer les différentes espèces présentes. Il peut en effet être séquencé puis comparé avec des bases de données.

«Cette nouvelle approche risque de révolutionner l'étude de la biodiversité», indique Florian Altermatt, professeur à l'Institut de biologie de l'évolution et de sciences de l'environnement de l'UZH et à l'Eawag, cité mardi dans un communiqué. Avec son équipe, il vient de démontrer que cette idée est réellement praticable.

De l'ADN d'éphémères et de castors

Les biologistes ont prélevé de l'eau à différents endroits de la Glatt, une rivière du canton de Zurich, et en ont extrait tout l'ADN. «Dans un seul litre d'eau, nous avons trouvé l'ADN d'un nombre étonnant d'espèces, allant des insectes aquatiques comme les éphémères aux castors qui vivent un peu plus haut», raconte le Pr Altermatt.

L'ADN de milliers d'organismes a été comparé aux évaluations de la biodiversité effectuées par les méthodes traditionnelles afin de vérifier que les organismes détectés vivent réellement dans le milieu étudié. Les chercheurs avaient déjà montré dans des études antérieures que l'ADN était transporté sur des kilomètres dans les rivières.

«Nous pourrons bientôt mesurer la diversité biologique comme on mesure les paramètres physicochimiques de l'eau», estime le chercheur.

Aussi le milieu terrestre

Les échantillons d'eau ne renferment pas uniquement des informations sur les organismes aquatiques mais également sur ceux qui vivent dans le milieu terrestre environnant. Les scientifiques ont ainsi obtenu les empreintes génétiques des organismes de tout le bassin versant.

Ils ont ainsi pu démontrer le potentiel de l'ADN environnemental pour la détermination de la diversité biologique des animaux, allant du plus petit des insectes au plus grand des mammifères.

L'étude montre qu'avec leur structure en réseau si particulière, les rivières recueillent et transportent l'ADN environnemental qui renferme l'information sur les organismes vivant dans l'eau et dans le milieu terrestre environnant.

Grâce à la possibilité d'automatisation des procédés, les données sur la biodiversité pourront bientôt être obtenues avec une résolution spatiale et temporelle sans précédent. «Il me semble réaliste que les échantillons d'eau qui sont aujourd'hui prélevés tous les jours ou toutes les heures par les services cantonaux pour le screening des produits chimiques puissent également être utilisés pour déterminer la biodiversité», conclut Florian Altermatt. (ats/nxp)

Créé: 30.08.2016, 11h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dès la mi-septembre, le parking «longue durée» de la place Bellerive, à Lausanne, prisé des familles, ainsi que le P+R d'Ouchy seront payants les dimanches. Plus de mille places sont concernées. Paru le 22 août.
(Image: Bénédicte) Plus...