Des débris du tsunami, radeaux dans l'océan

Animaux marinsDes centaines d'espèces marines se sont servies de débris du tsunami de 2011 au Japon pour traverser le Pacifique.

Des débris du tsunami - comprenant notamment des morceaux de bouées, de caisses, de navires - transportant des organismes vivants ont commencé à atteindre le rivage de Hawaï et l'ouest de l'Amérique du Nord en 2012.

Des débris du tsunami - comprenant notamment des morceaux de bouées, de caisses, de navires - transportant des organismes vivants ont commencé à atteindre le rivage de Hawaï et l'ouest de l'Amérique du Nord en 2012. Image: Capture d'écran/Science

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des centaines d'espèces d'animaux marins ont traversé l'océan Pacifique, agrippées à des débris du tsunami qui a dévasté une partie du Japon en 2011, a révélé une étude publiée jeudi dans la revue américaine Science. Un total de 289 espèces ont été découvertes aux Etats-Unis sur ces radeaux de fortune en provenance du Japon entre 2012 et 2017.

«Ca s'est révélé être l'une des expériences naturelles dans le domaine de la biologie marine les plus importantes et les plus imprévues, peut-être de toute l'histoire», a relevé John Chapman, de l'université d'Etat de l'Oregon.

Parmi ces voyageurs opportunistes se trouvent des moules, des vers, des crustacés et des limaces de mer. Près des deux tiers de ces espèces n'avaient jamais été identifiées sur la côte ouest des Etats-Unis.

«Je ne pensais pas que la plupart de ces organismes du littoral pouvaient survivre en mer pendant d'aussi longues périodes», a relevé Greg Ruiz, un biologiste marin du centre de recherche environnemental Smithsonian. «Ils n'avaient pas vraiment eu non plus une telle opportunité par le passé. Désormais, le plastique associé à un tsunami et à des tempêtes peut créer des opportunités à grande échelle», a-t-il poursuivi.

Plus fréquentes

Le tsunami japonais en question s'est formé le 11 mars 2011, après un séisme de magnitude 9 sur l'échelle ouverte de Richter.

Des débris du tsunami - comprenant notamment des morceaux de bouées, de caisses, de navires - transportant des organismes vivants ont commencé à atteindre le rivage de Hawaï et l'ouest de l'Amérique du Nord en 2012. Si elles ont ralenti, ces arrivées se poursuivent toujours. De nouvelles espèces ont ainsi été découvertes lorsque l'étude s'achevait en 2017.

La plupart des débris ayant supporté la traversée du Pacifique étaient constitués de plastique ou d'autres matériaux durables, comme la fibre de verre qui ne se décompose pas. Selon les experts, de telles migrations pourraient être plus fréquentes à l'avenir.

Impact?

Une étude publiée en 2015 dans Science prévenait que plus de 10 millions de tonnes de déchets plastiques aboutissaient dans l'océan chaque année, une quantité qui pourrait décupler d'ici 2025.

Aucune des nouvelles espèces repérées ayant débarqué sur la côte ouest des Etats-Unis ne semble s'être implantée, du moins pour l'instant. Il n'est pas clair non plus si ces nouveaux venus pourraient avoir un impact sur les espèces autochtones, puisqu'il faudrait plusieurs années pour apprécier de telles conséquences. (ats/nxp)

Créé: 29.09.2017, 01h06

Articles en relation

Premier procès d'ex-dirigeants de Tepco

Accident de Fukushima Trois ex-pontes de la compagnie exploitant la centrale nucléaire touchée par un tsunami en 2011 ont plaidé non coupables vendredi. Plus...

Familles d'écoliers tués par le tsunami indemnisées

Japon Une Cour a donné raison aux familles des victimes d'une école primaire qui estimaient que les dispositions permettant de sauver les vies de 74 élèves n'avaient pas été prises. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...