Passer au contenu principal

SantéDécouverte à l'UNIGE: des neurones qui détectent la maladie

Une équipe de recherche de l'Université de Genève est parvenue à identifier chez les rongeurs le système neuronal qui leur permet de reconnaître leurs congénères malades et de les éviter.

Découverte à Genève sur les neurones qui détectent la maladie
Découverte à Genève sur les neurones qui détectent la maladie
DR/Université de Genève

La découverte des scientifiques de l'Université de Genève (UNIGE) a fait l'objet d'une publication, jeudi, dans le magazine spécialisé Current Biology.

Les animaux sociaux sont exposés à un risque élevé de transmission d'agents pathogènes, rappelle l'UNIGE. Certaines espèces ont trouvé des parades pour réduire ce risque. Par exemple, les femelles de différentes espèces d'oiseaux dédaignent les mâles porteurs de parasites, qu'elles identifient à leur parure altérée.

Pour les rongeurs, c'est l'odorat qui entre en jeu. Les individus malades émettent des signaux olfactifs particuliers, qui induisent un comportement d'évitement chez les animaux sains. L'équipe du professeur Ivan Rodriguez a identifié les neurones qui permettent aux rongeurs de reconnaître leurs pairs infectés.

Les recherches se portent maintenant sur les récepteurs chimiques impliqués dans ce processus. Même si les candidats sont nombreux, les scientifiques genevois s'intéressent de près à une famille de récepteurs voméronasaux appelée Fprs, qui a été découverte en 2009, note l'UNIGE.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.