Découverte à l'UNIGE: des neurones qui détectent la maladie

SantéUne équipe de recherche de l'Université de Genève est parvenue à identifier chez les rongeurs le système neuronal qui leur permet de reconnaître leurs congénères malades et de les éviter.

Découverte à Genève sur les neurones qui détectent la maladie

Découverte à Genève sur les neurones qui détectent la maladie Image: DR/Université de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La découverte des scientifiques de l'Université de Genève (UNIGE) a fait l'objet d'une publication, jeudi, dans le magazine spécialisé Current Biology.

Les animaux sociaux sont exposés à un risque élevé de transmission d'agents pathogènes, rappelle l'UNIGE. Certaines espèces ont trouvé des parades pour réduire ce risque. Par exemple, les femelles de différentes espèces d'oiseaux dédaignent les mâles porteurs de parasites, qu'elles identifient à leur parure altérée.

Pour les rongeurs, c'est l'odorat qui entre en jeu. Les individus malades émettent des signaux olfactifs particuliers, qui induisent un comportement d'évitement chez les animaux sains. L'équipe du professeur Ivan Rodriguez a identifié les neurones qui permettent aux rongeurs de reconnaître leurs pairs infectés.

Les recherches se portent maintenant sur les récepteurs chimiques impliqués dans ce processus. Même si les candidats sont nombreux, les scientifiques genevois s'intéressent de près à une famille de récepteurs voméronasaux appelée Fprs, qui a été découverte en 2009, note l'UNIGE. (ats/nxp)

Créé: 08.01.2015, 18h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.