Passer au contenu principal

Eléphants: les crevasses de leur peau les tempèrent

Des chercheurs de l'Université de Genève ont découvert que les pachydermes peuvent compter sur les crevasses dans leur peau pour les aider à mieux absorber l'eau.

Bien entendu, rien ne vaut un bon bain pour faire chuter la température.
Bien entendu, rien ne vaut un bon bain pour faire chuter la température.
Keystone

Des chercheurs de l'Université de Genève ont percé le secret des éléphants en matière de régulation de chaleur temporelle. Les pachydermes, qui ne peuvent pas transpirer, profitent d'une peau qui se craquelle en crevasses pour absorber l'eau.

Les biologistes ont constaté que la peau des éléphants n'est pas seulement ridée en apparence, mais qu'elle est «tapissée de millions de minuscules crevasses», a écrit mardi l'Université de Genève (UNIGE) dans un communiqué.

Le derme de l'éléphant d'Afrique «ne constitue pas une surface plane comme chez les humains, mais forme une structure semblable aux vallées alpines, faites de pics de minuscules montagnes», a ajouté l'UNIGE, qui a mené ses recherches en collaboration avec l'Institut suisse de bioinformatique (SIB).

Publiées dans la revue Nature Communications, ces recherches ont montré que les crevasses, absentes chez les nouveaux-nés, étaient provoquées par l'épaississement naturel de la peau avec l'âge, qui provoque le craquage de l'épiderme.

Ces observations ont été menées auprès d'éléphants dans une réserve d'Afrique du Sud, sous la direction de Michel Milinkovitch, professeur au Département de génétique et évolution de la Faculté des sciences à l'UNIGE.

Peau différente en Asie

«La peau de l'éléphant d'Afrique peut stocker 5 à 10 fois plus d'eau qu'une peau normale», a relevé M. Milinkovitch, cité dans le communiqué. «L'eau s'infiltre puis est stockée dans ces crevasses et s'évapore lentement, permettant à l'animal de se refroidir pendant une longue période», a-t-il ajouté.

Le biologiste a précisé que l'éléphant d'Asie n'avait pas de telles crevasses, bien que sa peau soit également ridée. «Il vit dans un climat moins chaud et plus humide, où le refroidissement par évaporation est beaucoup moins efficace», a expliqué M. Milinkovitch.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.