Une fleur entend les abeilles et adoucit son miel

BiologieUne étude menée par des chercheurs israéliens prouve que les fleurs entendent et émettent des sons. Ce qui permettrait une meilleure pollinisation.

le bourdonnement des abeilles a un effet impressionnant. En trois minutes, le taux de sucre dans le nectar est passé de 16% à environ 20%.

le bourdonnement des abeilles a un effet impressionnant. En trois minutes, le taux de sucre dans le nectar est passé de 16% à environ 20%. Image: Wikipedia/Geographer/CC BY-SA)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs israéliens ont observé qu'une plante, l'onagre Oenothera drummondii, est capable d'«entendre» le bourdonnement des abeilles et des papillons de nuit par l'intermédiaire de ses fleurs. Elle produit un nectar plus sucré dans les minutes qui suivent.

L'équipe de Marine Veits et Lilach Hadany, de l'Université de Tel Aviv, livre ainsi un indice supplémentaire que les plantes seraient capables de percevoir des sons et de réagir en conséquence. Les chercheuses ont passé à cette onagre des enregistrements de vols d'abeilles et de papillons de la famille des sphingidés.

En trois minutes, le taux de sucre dans le nectar est passé de 16% à environ 20%. «Nous avons constaté que les fleurs vibrent mécaniquement en réaction à ces bruits», écrivent les scientifiques dans leur article, disponible sur un serveur de préimpression en libre accès, mais pas encore évalué par des pairs.

Cela laisse penser que les fleurs en forme de bol de cette plante pourraient servir d'organe auditif, estiment les chercheuses. Aucune augmentation significative du taux de sucre dans le nectar n'a été observée chez des plantes soumises à d'autres fréquences ou placées sous une cloche en verre bloquant les vibrations.

Précédentes études

De précédents travaux avaient déjà montré que les plantes sont capables de percevoir certains bruits et de réagir en conséquence. Une équipe internationale a ainsi démontré en 2014 que l'arabette des dames (Arabidopsis thaliana) réagit au bruit de mastication de chenilles en sécrétant des substances toxiques.

Certaines espèces de plantes se sont également spécialisées dans la «pollinisation vibratile». Le pollen est libéré par la vibration des ailes des insectes qui s'agrippent à la fleur, voire simplement par leur passage.

«Je peux bien imaginer que des plantes réagissent à des bruits dans certaines gammes de fréquences», a indiqué à Keystone-ATS Matthias Erb, de l'Institut des sciences végétales de l'Université de Berne. Le chercheur, qui n'a pas participé à l'étude, juge ces résultats plausibles.

Il souligne que l'expérience a été effectuée en laboratoire avec des haut-parleurs et se concentre sur la description du phénomène.«Une abeille dans la nature, c'est tout autre chose», dit-il: elles sont par exemple capables de produire des substances odorantes que les plantes peuvent «sentir».

Pour le professeur bernois, la prochaine étape consisterait à vérifier que c'est bien la fleur qui fonctionne comme «organe auditif». «Il est également possible que les trichomes, des poils situés à la surface de la plante, jouent un rôle», conclut le spécialiste. (ats/nxp)

Créé: 24.01.2019, 12h31

Articles en relation

Un test pour protéger les abeilles des pesticides

Environnement Des chercheurs suisses ont développé un test qui permet d'évaluer la santé des abeilles pour savoir si les insectes sont entrés en contact avec des pesticides. Plus...

Production agricole menacée par le déclin des abeilles

Sciences Le déclin des abeilles, des papillons ou des oiseaux, essentiels à la pollinisation des cultures, menace une partie de la production agricole mondiale. Plus...

Une jolie fleur met les colonies d'abeilles en péril

Biologie Le Matin Dimanche Excellent engrais durable, la phacélie cause, selon les producteurs de miel, d’importants dégâts dans les ruches. Plus...

Un projet pour favoriser les abeilles est plébiscité

Suisse L'idée vise à solliciter les paysans établis près des ruches ou à favoriser les pollinisateurs en retardant la fauche des prairies. Quelque 900 agricuteurs jouent le jeu. Un beau succès. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.