La flore intestinale peut déclencher l’obésité

Découverte Des chercheurs de l’Université de Genève ont découvert l’effet des bactéries contenues dans nos intestins sur le surpoids

Photo d'illustration. La possibilité d’une transplantation de flore intestinale «saine» ou celle de supprimer celle responsable de l’obésité seront étudiées.

Photo d'illustration. La possibilité d’une transplantation de flore intestinale «saine» ou celle de supprimer celle responsable de l’obésité seront étudiées. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs de l’Université de Genève ont fait une découverte dans la lutte contre l’obésité. Ils se sont penchés sur le microbiote – ces micro-organismes, essentiellement des bactéries, qui vivent dans nos intestins. Ils ont mis en évidence le rôle de cette flore qui peut déclencher le surpoids. A l’inverse, les souris qui n’en possèdent pas sont protégées contre l’obésité et ses conséquences négatives.

«Nous avons supposé que l’appauvrissement du microbiote pouvait influencer la sensibilité à l’insuline (ndlr: une bonne sensibilité à l’insuline permet de lutter contre l’obésité)», explique Mirko Trajkovski, auteur principal de l’étude et professeur au Département de physiologie cellulaire et métabolisme de l’Université de Genève. Pour le confirmer, son équipe a nourri trois groupes de souris avec une alimentation riche en calories. Les premières étaient dépourvues de germes (elles étaient nées et vivaient dans des conditions stériles), les deuxièmes étaient normales et les troisièmes avaient été traitées avec des doses élevées d’antibiotiques pour supprimer entièrement leur microbiote.

La couleur du tissu adipeux

Résultat? Les souris normales ont développé un surpoids et une résistance à l’insuline. Les autres (sans microbiote intestinal) ont gardé un poids normal. Pour comprendre ce phénomène, il faut se pencher sur les graisses présentes dans notre corps. Les mammifères en possèdent deux types: le tissu adipeux brun, dont la fonction principale est de brûler des calories pour produire de la chaleur, et le tissu adipeux blanc, utilisé pour stocker de l’énergie. Chez une personne en bonne santé, la graisse blanche constitue environ 25% de la masse corporelle. Si cette quantité est excessive, cela favorise le diabète et la résistance à l’insuline. La graisse brune a l’effet inverse.

Or des cellules de graisse brune peuvent se développer dans le tissu adipeux blanc: on parle alors de graisse beige. Ce «brunissement» se produit en cas d’exposition au froid ou à l’exercice. Plus il est important, plus le nombre de calories brûlées est élevé. Vous l’aurez compris, la stimulation du développement de graisse beige pourrait être une solution contre l’obésité.

Nouveaux traitements?

Retour à nos souris. Les scientifiques ont observé que l’appauvrissement du microbiote stimule aussi le développement de ce sympathique tissu adipeux beige. Ces travaux, publiés dans Nature Medicine, pourraient déboucher sur de nouveaux traitements.

Certes, mais cette flore n’a-t-elle pas aussi des effets positifs sur notre organisme? «Uniquement les bactéries saines, répond Mirko Trajkovski. Le microbiote est formé de 100 trillons de bactéries (soit dix fois plus que le nombre de cellules humaines présentes dans le corps). Chez les personnes obèses, il possède une composition particulière. Le but serait de cibler les bactéries responsables de l’obésité sans appauvrir les autres.»

Un traitement avec de fortes doses d’antibiotiques n’étant pas réaliste, surtout en raison du risque de résistance, les scientifiques cherchent des méthodes alternatives pour modifier le microbiote. La possibilité d’une transplantation de flore intestinale «saine» ou celle de supprimer celle responsable de l’obésité seront par exemple étudiées.

Créé: 16.11.2015, 17h18

Articles en relation

L'OMS s'inquiète de la montée de l'obésité en Europe

Santé Les projections de l'OMS suggèrent que l'obésité affectera une part croissante de la population mondiale, particulièrement en Irlande. Plus...

Un tiers de la population est obèse ou en surpoids

Santé Une étude publiée jeudi affirme que la moitié des adultes sera touchée d'ici 15 ans. L'obésité est une cause de mortalité, et pèse autant sur l'économie mondiale que le tabac. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...