Passer au contenu principal

Les fourmis changent d’emploi durant leur vie

Des chercheurs de l’UNIL ont suivi à la trace un millier d’ouvrières. Ils ont découvert qu’elles adoptent d’autres rôles en vieillissant.

Pour les fourmis, la reconversion professionnelle n’est pas un vain mot. Les scientifiques du Département d’écologie et évolution (DEE) de l’Université de Lausanne apportent un éclairage sur la façon dont les tâches sont distribuées chez les ouvrières alors qu’il n’y a pas de hiérarchie entre elles. Leur travail est publié vendredi dans la revue Science.

Les chercheurs lausannois se sont aperçus que les ouvrières se divisent en trois groupes, répartis sur des zones spécifiques. Il y a les «nourrices» qui restent près des œufs et des larves. Les «fourragères» qui alimentent la colonie. Elles stationnent à proximité de l’entrée du nid. Enfin, les «nettoyeuses» qui patrouillent proches des amas de déchets.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.