Une horloge interne cachée dans nos muscles

RechercheDes scientifiques financés par le Fonds national ont découvert que les graisses dans les cellules musculaires varient suivant l'heure de la journée.

Les graisses des muscles connaissent des variations durant la journée.

Les graisses des muscles connaissent des variations durant la journée. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des chercheurs financés par le Fonds national suisse (FNS) ont découvert qu'une horloge biologique est à l'oeuvre dans nos muscles. Elle pourrait jouer un rôle important dans le développement du diabète.

Leur travail vient d'être publié dans le magazine PNAS, a indiqué lundi le FNS dans un communiqué. Cette équipe internationale de scientifiques - de l'Université de Genève notamment - a d'abord découvert que les différents types de graisses contenus dans les cellules musculaires connaissent des variations au cours de la journée, selon le type de lipide favorisé.

Ils ont ensuite montré que ce processus est dû à la présence d'une horloge biologique. En effet, ils ont relevé «une corrélation claire entre la composition en lipides des cellules et l'heure de la journée», explique Howard Riezman, codirecteur de l'étude menée à Genève, cité dans le communiqué. La variation des types de lipides dans les muscles est ainsi «liée à notre rythme circadien», confirme l'auteure principale Ursula Loizides-Mangold.

Résistance à l'insuline

Quant au rôle de cette horloge, M. Riezman pense qu'elle pourrait contribuer à réguler la sensibilité des cellules à l'insuline. En effet, tout changement de composition des lipides peut ajuster la sensibilité du muscle à l'hormone ainsi que sa capacité à absorber le sucre contenu dans le sang, explique le communiqué.

Une faible sensibilité du muscle à l'insuline mène ainsi à une situation de résistance à l'insuline, connue pour son rôle dans les diabètes de type 2. «Les études démontrent nettement un lien entre les rythmes circadiens, la résistance à l'insuline et le développement de diabètes» explique Charna Dibner, codirectrice de l'étude.

«Si nous parvenons à établir un lien entre les mécanismes circadiens et les diabètes de type 2 au travers du métabolisme des lipides, cette découverte pourrait avoir d'importantes répercussions thérapeutiques», conclut-elle. L'équipe devrait approfondir cette hypothèse dans le cadre d'une prochaine étude.

Dans les divers organes

Les horloges biologiques agissent un peu partout dans le corps. Elles libèrent l'hormone de la mélatonine pendant le sommeil, favorisent la sécrétion d'enzymes digestives au moment du repas et nous tiennent éveillés aux heures les plus intenses de la journée. L'horloge maîtresse est logée dans le cerveau: elle synchronise l'ensemble des horloges secondaires présentes dans les divers organes. (ats/nxp)

Créé: 02.10.2017, 11h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...