L'IA pour aider à prédire les répliques d'un séisme

Recherche Des chercheurs de l'EPFL ont développé une nouvelle méthode, basée sur l'intelligence artificielle, pour calculer les risques de répliques après un tremblement de terre.

Prédire le risque de répliques après un séisme reste difficile pour les scientifiques.

Prédire le risque de répliques après un séisme reste difficile pour les scientifiques. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une forme relativement simple d'intelligence artificielle pourrait aider à prédire le risque de répliques après un tremblement de terre. C'est ce que montrent deux chercheurs de l'EPFZ dans la revue Nature.

Apprentissage automatique

Les répliques peuvent se produire des semaines, voire des mois après un séisme. Un exemple de triste mémoire est le tremblement de terre de Christchurch, en Nouvelle-Zélande en février 2011, qui était en fait une réplique. Il a provoqué nettement plus de dégâts que le séisme principal cinq mois plus tôt.

Les sismologues peuvent, certes, prédire la force des répliques à l'aide de modélisations informatiques, mais il reste difficile de déterminer où elles vont se produire.

L'équipe de Marco Broccardo et Arnaud Mignan, du Service sismologique suisse à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a testé une méthode d'apprentissage automatique appelée régression logistique. Elle a obtenu des résultats jugés aussi bons que ceux rapportés l'an dernier dans la même revue par des chercheurs américains ayant utilisé une technique plus complexe de «deep learning».

«Loin d'un outil de prédiction exact»

L'utilisation de réseaux neuronaux complexes d'apprentissage profond pourrait même rendre plus difficile l'interprétation des résultats lorsqu'il s'agit de tirer des conclusions sur des processus physiques, selon les scientifiques zurichois.

En tout état de cause, avec l'une ou l'autre méthode, «nous sommes encore loin d'un outil de prédiction exact», a indiqué mercredi Marco Broccardo à Keystone-ATS. L'intelligence artificielle pourrait toutefois aider à calculer la probabilité d'une réplique sur une parcelle donnée aux alentours d'un séisme, conclut le chercheur. (ats/nxp)

Créé: 02.10.2019, 19h20

Articles en relation

L'EPFZ, 13e meilleure haute école mondiale

Formation Si l'établissement zurichois figure toujours dans le top 20 du «World University Ranking», il recule néanmoins de deux places. Plus...

Une prothèse rétablit les sensations de la marche

Science Des chercheurs de l'EPFZ ont mis au point une prothèse qui permet d'améliorer la mobilité des personnes amputées et de réduire les douleurs «du membre fantôme». Plus...

La lumière influence notre perception de la chaleur

Etude Selon une étude de l'EPFL, il existe un facteur psychologique qui modifie notre sensation thermique d'une pièce en fonction de la quantité de lumière du jour présente. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.