Passer au contenu principal

Comment les méduses colonisent les océans

L’animal prolifère dans les mers du globe. Les baigneurs sont les premiers à s’en plaindre, mais les humains sont surtout les principaux responsables du phénomène.

Un groupe de méduses lunes («Aurelia aurita»).
Un groupe de méduses lunes («Aurelia aurita»).
KEYSTONE/GUIDO GAUTSCH

Le fléau porte un nom peu ragoûtant: «la gélification des océans». C’est ainsi qu’on appelle, dans sa forme paroxystique, la prolifération des méduses, jusqu’à transformer certains espaces marins en une soupe gélatineuse. Ce phénomène va-t-il gagner l’ensemble des océans? On n’en est pas là, mais une prolifération de méduses s’observe dans les mers du globe depuis les années 80. Alors que l’on parlait autrefois «d’année à méduses» au sujet de rivages infestés, le phénomène d’invasion semble devenir chronique. La situation met sérieusement en alerte la communauté scientifique depuis une dizaine d’années, et, pour le commun des humains, c’est évidemment à l’heure de la détente estivale, à la plage, qu’il se remarque le plus.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.