Le monstre du Loch Ness traqué grâce à l'ADN

Ecosse Des scientifiques vont réaliser des prélèvements ADN dans le lac du Loch Ness, et peut-être identifier ainsi les gènes de la mythique créature.

La fameuse photo prise en 1934 n'était en réalité qu'une supercherie.

La fameuse photo prise en 1934 n'était en réalité qu'une supercherie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une équipe internationale de scientifiques va mener le mois prochain des tests ADN dans le Loch Ness. Objectif: dresser la liste des espèces animales de ce lac écossais et, peut-être, apporter quelque lumière sur le fameux «monstre» qui hanterait ses profondeurs.

Comparer les séquences

«Cet ADN peut être isolé, séquencé et utilisé pour identifier la créature en comparant la séquence obtenue aux séquences génétiques contenues dans une vaste base de données, provenant de centaines de milliers d'organismes», a expliqué le porte-parole de l'équipe, le professeur Neil Gemmell, de l'Université d'Otago en Nouvelle-Zélande.

Une fameuse photo prise en 1934 et censée représenter «Nessie», le «monstre du Loch Ness», n'était qu'une supercherie, révélée soixante ans plus tard. En 2003, la BBC a financé une coûteuse campagne de recherches dans le lac, qui n'a rien donné. L'équipe conduite par Neil Gemmell comprend des experts britanniques, danois, américains, australiens et français. Ils vont utiliser la méthode de «l'ADN environnemental», qui permet de déterminer la biodiversité d'un milieu aquatique. Des prélèvements seront effectués en différents endroits et à différents profondeurs.

Premiers résultats en janvier

Tous les organismes libèrent en permanence de l'ADN dans le milieu environnant, sous forme de peaux ou de déjections par exemple. Il est possible d'utiliser cet ADN dit environnemental pour identifier les différentes espèces présentes: il peut être séquencé puis comparé avec des bases de données. Les premiers résultats sont attendus en janvier prochain. (ats/nxp)

Créé: 23.05.2018, 16h29

Articles en relation

Un faux monstre du Loch Ness gît au fond du lac

Ecosse Une forme familière avec son long cou caractéristique gît à 180 m de profondeur au fond du lac. Le monstre, enfin? Non, seulement sa maquette utilisée pour un film. Plus...

Les dinosaures avaient déjà des tiques

Science Des chercheurs ont découvert des tiques vieille de 99 millions d'années parfaitement conservées dans de l'ambre. Plus...

Les mammifères devenus diurnes après les dinos

Paléontologie Les mammifères étaient tous nocturnes avant la mort des dinosaures, selon une étude parue lundi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.