Oxford expose le «premier robot artiste» au monde

Intelligence artificielle L'université anglaise a dévoilé Ai-Da mercredi, une artiste-robot humanoïde «totalement algorithmique» et «totalement créative».

L’Université d’Oxford présente Ai-Da, l’artiste robot humanoïde
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ai-Da est présentée comme «l'une des artistes les plus exaltantes de notre époque». Son essence la distingue toutefois de ses pairs : Ai-Da est un robot, doté d'intelligence artificielle.

Cette technologie lui permet de créer des oeuvres et l'université d'Oxford, en Angleterre, expose ses premiers travaux du 12 juin au 6 juillet.

«Elle est totalement algorithmique... totalement créative», a expliqué à la presse mercredi son concepteur, le marchand d'art Aidan Meller tandis que l'artiste-robot, vêtue d'une blouse de peintre et coiffée d'une perruque brune, le croquait. «Ce n'est pas juste une imprimante très chère: on ne sait pas ce qu'elle va réaliser», souligne-t-il. Quarante-cinq minutes plus tard, c'est son visage qui apparaît sur la toile, esquissé par des coups de crayon habiles.

Pour travailler, Ai-Da utilise ses «yeux», des caméras qui capturent ce qui se trouve devant elle. Puis un ordinateur interne, et sa technologie d'apprentissage automatique, traduisent les informations emmagasinées en coordonnées qui lui permettent de reproduire une image.

D'autres croquis d'Ai-Da ornent les murs de la galerie d'art tenue par Aidan Meller. Il y a aussi des tableaux colorés et des sculptures mais ces oeuvres ont été réalisées par des humains à partir des esquisses d'Ai-Da.

Car Ai-Da ne peut, pour le moment, tenir avec son bras robotique que certains types d'outils, comme les crayons à papier, mais pas les pinceaux.

«L'esprit de son époque»

Aidan Meller a commencé à rêver d'Ai-Da il y a huit ans et l'a nommée d'après la pionnière anglaise de la science informatique, la mathématicienne du XIXème siècle, Ada Lovelace.

Le dénominateur commun entre tous les grands artistes est d'avoir su «capter l'esprit de leur époque», a-t-il justifié : au XXIème siècle, cet esprit s'incarne, selon lui, dans l'intelligence artificielle.

La conception de ce projet a débuté en 2017 et s'est achevée en avril, avec l'aide d'Engineered Arts, une entreprise en robotique de Cornouailles, et des chercheurs des universités d'Oxford et de Leeds.

Ils lui ont donné l'apparence d'une femme, comme le souhaitait M. Meller : pour ce directeur de galerie, les mondes de l'art et du code manquent de femmes.

Ai-Da «est une persona, un avatar, elle est fiction, elle est réelle», s'enthousiasme-t-il. Même si Ai-Da dépend de la technologie, sa production est aussi «hautement créative», assure M. Meller. «Elle est dotée d'incroyables technologies et de compétences pour produire des oeuvres remarquables, innovantes», insiste-t-il, pointant que pas un seul de ses travaux n'est identique.

Discret sur le coût total du projet, M. Meller a indiqué que la vente des oeuvres d'Ai-Da avait permis son financement : l'intégralité des pièces a déjà été cédée pour un million de livres (1,13 million d'euros). (afp/nxp)

Créé: 05.06.2019, 19h17

Articles en relation

Google ouvre son premier laboratoire en Afrique

Intelligence artificielle Le géant américain va installer à Accra, au Ghana, son premier labo spécialisé en intelligence artificielle. But: répondre aux nombreux défis auxquels est confronté le continent. Plus...

Intelligence artificielle: des règles éthiques proposées

Europe Bruxelles met en place des mesures pour garantir la protection de la vie privée et la transparence dans l'espace européen. Plus...

L'intelligence artificielle devient une priorité

Etats-Unis Donald Trump veut «que le gouvernement fédéral consacre toutes ses ressources» pour aider l'innovation dans ce secteur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.