La Terre pourrait devenir une «étuve»

ClimatDes chercheurs internationaux estiment qu'un point de rupture pourrait intervenir «dans quelques décennies seulement».

Des chercheurs redoutent un effet domino qui pourrait entraîner la Terre vers des températures encore plus élevées.

Des chercheurs redoutent un effet domino qui pourrait entraîner la Terre vers des températures encore plus élevées. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La transition vers une économie verte est plus que jamais urgente pour la Terre. La pollution due aux énergies fossiles risque de pousser la planète Bleue dans un état durable et dangereux «d'étuve», ont alerté lundi des chercheurs internationaux.

Si les calottes polaires continuent de fondre, les forêts d'être décimées et les émissions de gaz à effet de serre de battre chaque année des records, la Terre va franchir un point de rupture. Un basculement qui pourrait intervenir «dans quelques décennies seulement», ont prévenu des scientifiques dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Passer ce seuil signifie, selon eux, «une température de 4 à 5 degrés Celsius plus élevée qu'à la période préindustrielle et un niveau de la mer 10 à 60 mètres plus haut qu'aujourd'hui.»

«Terre étuve»

«Une Terre étuve est probablement incontrôlable et dangereuse pour beaucoup», selon les conclusions de scientifiques de l'université de Copenhague, de l'Université nationale australienne et de l'Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique en Allemagne. Les rivières déborderaient, les ouragans feraient des ravages sur les côtes et les récifs de corail disparaîtraient -le tout avant la fin de ce siècle, voire plus tôt.

Les températures moyennes mondiales dépasseraient celles de toute période interglaciaire -ces cycles séparant deux glaciations- depuis 1,2 million d'années. La fonte des calottes polaires provoquerait à elle seule une hausse très importante du niveau des océans, engloutissant des régions côtières où habitent des centaines de millions de personnes.

«Des endroits sur Terre deviendront inhabitables si la 'Terre étuve' devient une réalité», met en garde Johan Rockström, directeur du Stockholm Resilience Centre.

Point de rupture

Les chercheurs suggèrent que le point de rupture pourrait être atteint lorsque la température de la Terre sera supérieure de 2 degrés à celle de l'ère préindustrielle. Elle l'est déjà d'un degré et continue d'augmenter à un rythme de 0,17 degré par décennie.

«Un réchauffement de 2 degrés pourrait activer d'importants éléments de rupture, augmentant ainsi encore davantage la température ce qui pourrait activer d'autres éléments de rupture par un effet domino qui pourrait entraîner la Terre vers des températures encore plus élevées», prévient le rapport. Les experts s'inquiètent également de phénomènes comme les feux de forêts qui se multiplieraient à mesure que la planète se réchauffe et s'assèche.

Cette étude a exploité de précédents travaux scientifiques sur les points de rupture de la Terre. Les scientifiques ont également examiné des périodes lointaines, comme l'ère du Pliocène il y a cinq millions d'années quand le niveau de CO2 dans l'atmosphère était de 400 parties par million (ppm), comme aujourd'hui.

Durant la période du Crétacé -l'ère des dinosaures- il y a quelque 100 millions d'années, le CO2 a même atteint 1000 ppm en grande partie à cause de l'activité volcanique. Déterminer qu'une hausse de 2 degrés est un point de non-retour «est nouveau», selon Martin Siegert, co-directeur du Grantham Research Institute on Climate Change de Londres, qui n'était pas impliqué dans l'étude.

Changer de mode de vie

Il est nécessaire de changer immédiatement de mode de vie pour protéger la Terre, ont averti les chercheurs. Les énergies fossiles doivent être remplacées par des sources à faibles, voire sans, émissions de CO2.

Les chercheurs ont notamment préconisé une meilleure gestion des sols, de meilleures pratiques agricoles, la protection des terres et des côtes ou encore le développement de techniques de capture du CO2, planter des arbres et arrêter la déforestation.

Mais, même en cas d'arrêt des émissions de gaz à effet de serre, la tendance actuelle de réchauffement pourrait déclencher d'autres processus du système terrestre -appelés rétroactions-, faisant davantage monter les températures. Parmi ces processus: fonte du pergélisol, déforestation, absence de couverture neigeuse dans l'hémisphère nord, de banquise et de calottes polaires. (ats/nxp)

Créé: 07.08.2018, 08h10

Articles en relation

La chaleur fait fondre le plus haut sommet suédois

Climat Des scientifiques sont très inquiets après avoir observé que le point le plus culminant en Suède est très touché par des températures record Plus...

Gaz à effet de serre: niveau record atteint en 2017

Climat L'année écoulée a été marquée par des températures anormalement élevées et une fonte des glaces sans précédent. De quoi raviver les inquiétudes. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.