Passer au contenu principal

BiologieLes tiques porteuses de la bactérie de Lyme plus résistantes

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de promenades en forêt: les tiques infectées par la bactérie responsable de la borréliose de Lyme semblent plus résistantes que leurs congénères non porteuses.

Une tique.
Une tique.
FLICKR CC

Les tiques qui portent la bactérie de Lyme sont plus résistantes. La maladie modifierait le comportement des acariens afin d'optimiser les chances de transmission, selon une étude de l'Université de Neuchâtel publiée jeudi.

Les tiques Ixodes ricinus qui transmettent la borréliose de Lyme sont très sensibles à la sécheresse, selon l'étude de Coralie Herrmann menée sous la direction du Pr Lise Gern, du Laboratoire d'éco-épidémiologie.

Elles sont la plupart du temps postées sur la basse végétation dans l'attente de mordre un animal ou un humain. Mais elles doivent régulièrement descendre au sol pour s'hydrater. Ces voyages réduisent leurs réserves de graisse et donc d'énergie. En outre, le temps passé au sol diminue aussi ses chances de trouver un hôte.

Lors de ses observations, la chercheuse a constaté que la tique infectée survivait mieux à la sécheresse et restait dans un endroit plutôt sec, tandis que les autres se déplaçaient de préférence dans une zone humide. En outre, les spécimens porteurs de bactéries possèdent plus de graisse que leurs congénères et sont donc doublement avantagés.

En hiver, les porteuses de bactéries ont aussi montré une meilleure résistance que les autres acariens sains. Ces observations suggèrent que les bactéries sont assimilables à un produit dopant pour les tiques qui les renforce dans leur environnement. Une découverte peu rassurante dans la perspective du changement climatique.

Entre 5000 et 10'000 personnes contractent chaque année la borréliose. Cette maladie se traite au moyen d'antibiotiques. Elle touche surtout la peau, le système nerveux périphérique et central, les articulations et le coeur. Elle commence souvent par une éruption cutanée autour du point de piqûre. Il n'existe pas de vaccin.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.