Un tissu de camouflage inspiré du poulpe

TechnologieDes chercheurs se sont inspirés des capacités de défense de mollusques pour mettre au point un matériau aux propriétés étonnantes.

La seiche peut modifier son apparence pour se fondre dans l'environnement.

La seiche peut modifier son apparence pour se fondre dans l'environnement. Image: dr

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des scientifiques ont créé un tissu artificiel de camouflage inspiré de la peau du poulpe et de la seiche, deux animaux qui changent d'apparence pour se fondre dans l'environnement et échapper à leurs prédateurs.

Ces animaux peuvent en effet rapidement modifier la texture de leur peau ainsi que sa couleur pour ressembler à des algues, des coraux ou d'autres éléments qu'ils détectent pour se camoufler, expliquent ces ingénieurs de l'Université Cornell, dans l'Etat de New York, dont l'invention fait l'objet d'une présentation jeudi dans la revue Science.

Ces chercheurs ont mis au point un matériau activé pneumatiquement qui imite le fonctionnement des papilles, de petites éminences charnues à la surface d'une muqueuse, que ces céphalopodes activent en un clin d'oeil pour changer leur apparence.

«Tout dépend de la position du muscle»

Ils peuvent tout aussi rapidement rétracter ces papilles. «Un grand nombre d'animaux ont des papilles mais ils ne peuvent pas les étendre ou les rétracter instantanément comme les poulpes et les seiches», explique le biologiste Roger Hanlon du Marine Biological Laboratory (MBL). «Ces mollusques n'ont pas de coquille, et leur principale défense contre des prédateurs est leur peau capable de changer d'apparence», ajoute-t-il.

Ces papilles sont des exemples d'hydrostat musculaire, un muscle qui peut changer de forme tout en conservant son volume, comme la langue humaine, précisent les chercheurs.

«Chez la seiche européenne, on compte au moins neuf groupes de papilles qui sont contrôlées indépendamment par le cerveau. Et chacune de ces papilles passe d'un état en deux dimensions à une forme qui peut être par exemple conique, ou à une dizaine d'autres formes possibles», précise James Pikul, professeur au Département d'ingénierie et de mécanique appliquée à l'Université de Pennsylvanie. «Tout dépend de la position du muscle», ajoute-t-il.

«Un système simple»

Cette avancée technologique a permis de fabriquer un tissu synthétique pouvant passer d'une forme en deux dimensions à une autre en trois dimensions en se rétractant. «Les ingénieurs avaient déjà mis au point des moyens sophistiqués de contrôler la forme de matériaux souples...mais nous voulions un système simple, rapide et solide facile à contrôler», explique le professeur Pikul.

«C'est l'exemple classique d'ingénierie inspirée par la biologie avec un éventail d'applications potentielles», relève Roger Hanlon. Le matériau pourrait ainsi refléter la lumière en deux dimensions et l'absorber dans sa forme en trois dimensions, indique-t-il.

«Cela pourrait avoir des applications pour manipuler la température d'un matériau en toutes circonstances», ajoute le scientifique. Les poulpes et les seiches utilisent cette capacité à manipuler leurs papilles seulement pour le camouflage et non pour leur locomotion ou la séduction sexuelle. (afp/nxp)

Créé: 12.10.2017, 21h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...