Des Genevois veulent influencer la météo avec un laser

Sciences«Nous en sommes certes encore loin mais nous espérons pouvoir dans le futur influencer la foudre et les nuages», a indiqué Jérôme Kasparian, du Groupe de physique appliquée de l'Université de Genève.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les chercheurs viennent de réussir à multiplier en laboratoire des cristaux de glace dans des nuages et pourraient bientôt parvenir à produire des éclairs rectilignes.

Ces «faiseurs de temps» espèrent un jour pouvoir détourner les éclairs d'avions au décollage ou de bâtiments sensibles comme les centrales nucléaires, par exemple. Ce qui sonne comme de la science-fiction se rapproche du domaine du possible grâce à de nouveaux lasers femtosecondes, à impulsions ultra-brèves et ultra-puissantes.

Ce sont des lasers qui émettent des impulsions lumineuses avec une énergie de l'ordre du térawatt (milliers de milliards de watts) durant des femtosecondes (millionièmes de milliardièmes de seconde). Il s'agit là des événements les plus courts pouvant être produits actuellement de manière artificielle.

Canal ionisé

Avec des confrères allemands et français, l'équipe de Jean-Pierre Wolf, du groupe de biophotonique dont fait partie Jérôme Kasparian, a construit un tel laser, le «Téramobile», qui produit une énergie de cinq térawatts. Cette installation électronique et optique de neuf tonnes tient dans un conteneur de six mètres transportable facilement et donc utilisable en extérieur.

Dans l'atmosphère, le laser crée un phénomène fantomatique: les impulsions à haute énergie ionisent l'air - arrachant leurs électrons aux molécules d'air - et forment un canal de plasma conducteur. Ces «filaments» rectilignes peuvent monter jusqu'à plusieurs kilomètres dans le ciel.

Dans une «chambre à brouillard», les gaz ionisés peuvent faire condenser l'eau. L'inventeur de ce dispositif, le physicien écossais et Prix Nobel Charles Wilson, l'avait déjà découvert en 1896. Les scientifiques genevois ont donc pensé que le laser pourrait encore renforcer cet effet et produire de vrais nuages.

Et en effet, des essais en chambre à brouillard ont montré la formation de voiles nuageux visibles à l'oeil nu. Lors d'un test en plein air il y a quelques années au-dessus de Berlin avec le Téramobile, les chercheurs ont également pu mesurer de la condensation mais l'effet était trop faible pour faire véritablement pleuvoir.Effet inattendu

Des expériences plus récentes ont montré un autre effet, inattendu: dans une chambre à brouillard spéciale de l'Institut de technologie de Karlsruhe (D), capable de produire différents types de nuages, le laser a multiplié les cristaux de glace dans des cirrostratus d'un facteur 100. Ce qui est «étonnamment fort», comme l'ont rapporté les chercheurs dans la revue «Proceedings of the National Academy of Sciences» (PNAS).

Les nuages étaient ainsi trois fois plus lumineux. Or des nuages plus lumineux réfléchissent mieux le rayonnement UV responsable de l'effet de serre, le renvoyant dans l'espace. Selon Jérôme Kasparian, on pourrait s'attendre de cette manière à «un effet de refroidissement net sur le climat».

Contrôler la foudre

En parallèle, les scientifiques poursuivent une autre idée: les filaments ionisés ne pourraient-ils pas guider la foudre? Les chercheurs sont effectivement parvenus avec le Téramobile a produire des décharges électriques qui ont suivi en ligne droite les filaments au lieu de faire du zig-zag comme un éclair normal. Mais «pour déclencher un véritable éclair dans un orage, notre laser n'est pas assez puissant», explique Jérôme Kasparian.

Pas encore assez puissant: le physicien se dit en effet convaincu que des applications concrètes seront possibles dans le futur, par exemple «protéger des installations comme les aéroports ou les centrales nucléaires des effets secondaires de la foudre», soit les perturbations électromagnétiques susceptibles d'endommager des appareils électroniques par exemple.

La physicienne Ursula Keller, qui travaille également sur les lasers à impulsions ultrabrèves à l'EPFZ, est du même avis: «Compte tenu des progrès énormes réalisés ces dernières années dans la technologie des lasers, ce n'est qu'une question de temps jusqu'à ce que leur puissance soit suffisante pour obtenir de tels effets». (ats/nxp)

Créé: 15.07.2013, 11h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...