Passer au contenu principal

Le vautour fauve déploie toujours plus ses ailes de géant

La réintroduction en France de ce rapace nécrophage continue à se répercuter chaque été en Suisse.

Rapace grégaire, le vautour fauve a une envergure de 2,60 m. Ce qui le place entre le gypaète et l’aigle royal dans le trio des plus grands oiseaux observables en Suisse. RALPH MARTIN/MARKUS VARESVUO
Rapace grégaire, le vautour fauve a une envergure de 2,60 m. Ce qui le place entre le gypaète et l’aigle royal dans le trio des plus grands oiseaux observables en Suisse. RALPH MARTIN/MARKUS VARESVUO

Ils ont plutôt mauvaise réputation. Dans la littérature et au cinéma, leurs apparitions annoncent généralement la mort. Même d’un point de vue purement scientifique, leur aura a longtemps été tout sauf reluisante: un ouvrage ornithologique français du XIXe siècle parlait d’eux comme «d’oiseaux de proie ignobles, à l’air stupide, doté d’une démarche lourde et embarrassée». Pourtant, dans les airs, ils planent majestueusement, s’appuyant sur les courants thermiques qui les portent. Et ce ne sont pas les ornithologues suisses qui diront le contraire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.