Passer au contenu principal

Vent de révolte sur le prix des fécondations in vitro

En Suisse, la FIV est entièrement à la charge des couples infertiles. Ceux qui n’ont pas les moyens doivent renoncer. «Choquant», juge un député vaudois qui monte au front.

CHRISTOPH BURGSTEDT/SCIENCE PHOTO
CHRISTOPH BURGSTEDT/SCIENCE PHOTO

«Nous nous sommes d’abord dirigés vers les inséminations avec donneur, mais ça n’a pas abouti. Puis une fécondation in vitro (FIV), qui n’a pas marché non plus.» Atteint d’une maladie génétique rare, ce trentenaire vaudois n’a pas de spermatozoïdes. Il évoque, anonymement, le parcours du combattant qui s’est achevé avec l’arrivée de son bébé, il y a deux mois.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.