Vitpilen, du croquis à la série

DesignDesigner des nouvelles Husqvarna de route, Maxime Thouvenin raconte la naissance d’une moto.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Milan, novembre 2014. Au Salon international de la moto, un prototype présenté sur le stand de la marque Husqvarna marque les esprits. Par son design hyperépuré, son habillage d’un seul bloc et un nom intrigant: Vitpilen, signifiant «flèche blanche» en suédois.

Paris, janvier 2018. Husqvarna France célèbre le début de la commercialisation des Vitpilen 401 et 701, ainsi que de la Svartpilen 401, une version tout-terrain de la première. Ces trois machines ont pour mission de faire une place sur le marché des motos de route à la marque d’origine suédoise, désormais propriété de l’autrichien KTM. Parmi les invités, le designer français Maxime Thouvenin, employé des studios Kiska et, surtout, papa de cette moto au design novateur.

Comment est née la ligne particulière de cette Vitpilen?

Aujourd’hui, le design des motos se divise en deux mondes. Le premier fait appel à des lignes très modernes, agressives, qui expriment la performance. Et en parallèle se développe très fortement une scène classique, qui regarde dans le rétroviseur. Notre but était d’à la fois capturer le côté pur et accessible des machines d’il y a 30 ans et d’y incorporer un maximum de modernité. Comme cela passait par la recherche de fluidité et de simplicité, nous nous sommes inspirés du design traditionnel scandinave.

Comment êtes-vous passé de cette intention au design de la moto proprement dite?

La première phase de la conception est une sorte d’exploration. Nous discutons beaucoup et réalisons de nombreux sketches (ndlr: des croquis). C’est durant cette phase que nous avons défini la silhouette générale de la moto, puis le principe de l’ensemble bâti arrière. C’est là aussi qu’est apparue l’idée des excroissances sur le réservoir. C’est une référence à l’histoire de la marque, spécialisée jusqu’à aujourd’hui dans les machines de tout-terrain. Car il existe aussi des excroissances latérales sur ces dernières, mais elles sont liées à l’ergonomie des motos.

Restait ensuite à concrétiser les idées en une vraie moto…

Oui. Nous avons d’abord réalisé des dessins complets en 3D. Puis un modèle en clay (ndlr: une sorte d’argile), qui nous a permis de tester l’ergonomie à l’échelle 1/1. Tenez-vous déjà compte à ce moment de contraintes techniques ou légales? C’est toute la difficulté. Pour réaliser un prototype, il faut trouver un équilibre entre le fait qu’il s’agit d’une projection parfois assez lointaine dans le temps et tout de même se fixer des objectifs réalistes. Un designer se doit d’être au courant des règles d’homologation, mais ça ne doit pas brider sa créativité. L’idée est plutôt d’amener de nouvelles idées, de trouver de nouveaux moyens de répondre aux exigences techniques ou légales.

Que se passe-t-il ensuite?

Nous démarrons la construction d’une série de prototypes réels, qui permettent de continuer d’affiner le concept, jusqu’à la version définitive. Pour la Vitpilen, l’ensemble du processus a pris environ trois ans, ce qui a été plutôt rapide.

Et comment avez-vous fait pour que le prototype originel ne soit pas dénaturé, comme c’est très souvent le cas?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la simplicité apparente n’est pas simple à réaliser. C’est au contraire très compliqué. Car, une moto, ce n’est que des contraintes techniques (rire). Non, le secret, c’est une coopération permanente et serrée avec les ingénieurs pour trouver des solutions.

Le prototype Vitpilen a finalement donné naissance à trois machines désormais disponibles dans le commerce. D’autres déclinaisons sont-elles prévues?

Dès le départ, nous avons travaillé sur un line-up qui devait fonder une nouvelle famille de motos. Je ne peux pas vous donner de détails sur d’éventuels prochains modèles, mais nous continuons à travailler. Notre but est que toutes les machines actuelles ou futures partagent un air de famille, mais que chacune possède sa propre identité, qui doit refléter son caractère. (24 heures)

Créé: 03.02.2018, 16h55

Données techniques

Données techniques
Husqvarna Vitpilen 401 et Svartpilen 401, monocylindre 375 cm3, 32 kW (44 ch), poids à sec 148 kg, prix 7390 fr.
Husqvarna Vitpilen 701, monocylindre 693 cm3, 55 kW (75 ch), poids à sec 157 kg prix 12 390 fr.
www.husqvarna-motorcycles.com/ch-fr

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...