Passer au contenu principal

Reconnexion à la natureSept bonnes raisons de faire un check-up de son potager

Les jardiniers amateurs sont toujours plus nombreux à faire analyser la qualité de leur terre. Le point avec le pédologue Serge Amiguet.

Serge Amiguet, directeur de Sol-Conseil, explore la terre des jardins familiaux de Nyon.
Serge Amiguet, directeur de Sol-Conseil, explore la terre des jardins familiaux de Nyon.
PATRICK MARTIN

Cultiver des légumes bios, c’est bien. Dans un sol adéquat, c’est mieux. Poussés par cette évidence, un nombre croissant de particuliers cherchent à en savoir plus sur la santé de leur jardin. Les prélèvements se pratiquent au printemps, entre le dégel de la terre et la plantation de semis.

L’an dernier l’association Sol-Conseil, basée à Gland, a vu quasi doubler les demandes de jardiniers amateurs. «On sent clairement qu’il y a un besoin de la population de gratouiller la terre. D’autant plus en période de semi-confinement», confie Serge Amiguet, directeur de la seule structure privée romande à disposer d’un bureau d’étude et d’un laboratoire actifs en pédologie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.