Passer au contenu principal

Sur les traces des chemins millénaires de l'or blanc

Entre Yverdon et Salins-les-Bains, l'histoire des liens du sel.

La 'voie romaine' dont on retrouve trace juste au-dessus de Ballaigues a été restaurée par les Bernois. Elle venait du col de Jougne, principal voie d'accès des convois de sel en provenance de Salins-les-Bains._
La 'voie romaine' dont on retrouve trace juste au-dessus de Ballaigues a été restaurée par les Bernois. Elle venait du col de Jougne, principal voie d'accès des convois de sel en provenance de Salins-les-Bains._
DANIEL AUDÉTAT
Au-delà de la voie à ornières de Ballaigues, un itinéraire pédestre remonte jusqu'au col de Jougne, sous les falaises du Mont-d'Or.
Au-delà de la voie à ornières de Ballaigues, un itinéraire pédestre remonte jusqu'au col de Jougne, sous les falaises du Mont-d'Or.
DANIEL AUDÉTAT
La salle aux poêles du Musée des salines.
La salle aux poêles du Musée des salines.
DANIEL AUDÉTAT
1 / 14

La visite commence au milieu d’une vaste pelouse. Une maigre barrière encadre la fosse d’un escalier qui s’enfonce sous terre. On est au cœur de Salins-les-Bains, sous les falaises fortifiées de l’étroite «reculée» du Jura français où se niche cette petite cité. Pendant des siècles, elle a connu une extraordinaire prospérité grâce au sel que contient son sous-sol. De cette riche époque subsistent la halle aux poêles avec ses deux hautes cheminées et l’imposante maison du Pardessus. Ce drôle de nom désignant la fonction du superintendant de Louis XIV, qui, en 1674, enleva la ville aux Bourguignons.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.