Passer au contenu principal

Football«Seul un retour de la pandémie peut empêcher Yverdon de monter»

Pour Serge Duperret, son directeur sportif, le club nord-vaudois a tout pour rejoindre la Challenge League au printemps prochain.

Serge Duperret.
Serge Duperret.
KEYSTONE

Etoile Carouge aurait dû compter parmi les principaux contradicteurs du grandissime favori qu’est Yverdon Sport, cette saison. Mais ce conditionnel passé est-il déjà définitivement de rigueur après la correction (6-0) que le leader de Promotion League a infligée à son adversaire genevois, samedi? Spécialiste en promotions alors qu’il dirigeait le FC Le Mont, Serge Duperret, nommé directeur sportif des Yverdonnois depuis l’été 2019, explique pourquoi il est convaincu que son équipe ne peut pas rater l’objectif fixé.

Serge Duperret, le champagne est-il déjà au frais à Yverdon?

(Il rit) Non non, quand même pas. Même si YS a fait fort, samedi, contre un adversaire qui fait partie des meilleures équipes de Promotion League, le championnat est encore trop long pour déjà commencer à se réjouir. Et puis, je me suis fait avoir une fois à ce petit jeu. On ne m’y reprendra pas.

Vous nous racontez?

C’était il y a longtemps, avec le FC Le Mont. Avant un dernier match contre Terre-Sainte, j’avais embarqué avec moi une bouteille de champagne pour fêter comme il se doit cette promotion que l’on pensait acquise. Mal m’en a pris, puisque nous avons encaissé un but tout au bout des arrêts de jeu. Et nos illusions se sont envolées avec. Ce mauvais souvenir me sert à jamais de leçon.

D’accord, mais sur la longueur d’une saison, on ne voit pas bien qui pourrait venir perturber la marche en avant d’YS, non?

Il y a de bonnes équipes en PL, comme Étoile Carouge, Cham ou Stade Nyonnais, mais c’est vrai que nous avons une équipe de grande qualité, humble et surtout très motivée pour effacer l’injustice du printemps dernier. Un autre atout sur nos adversaire est ce banc qui regorge de joueurs de valeur. Ces remplaçants qui n’en sont pas vont souvent nous aider à faire la différence cette saison. Sans oublier la contribution de Jean-Michel Aeby, un entraîneur que je connais depuis longtemps et qui a beaucoup changé ces dernières années. En bien. Je le trouve très enthousiaste et motivé, avec cette qualité rare de bien savoir tenir son groupe, d’avoir les mots justes pour chacun.

Qu’est ce qui pourrait alors empêcher Yverdon de monter?

Une deuxième vague de cette pandémie qui inciterait l’ASF à stopper une nouvelle fois le championnat! (Il éclate de rire) Parce que, grâce aux mésaventures que nous avons connues la saison passée (ndlr: deux rencontres perdues par forfait pour avoir aligné trop de joueurs non formés en Suisse), nous avons désormais appris à remplir correctement les feuilles de match. Sinon, je crois que, malgré une petite baisse de notre budget, nous avons bien travaillé pour construire une équipe encore supérieure à celle de la saison passée. Et, cette fois, sans vers dans le fruit…

«L’équipe est entrée dans une bulle dont elle ne sortira, je l’espère, que pour la trêve hivernale.»

Serge Duperret, directeur sportif d’Yverdon Sport

Si on vous demande qui était ce ver…

Vous pouvez poser la question, mais je n’y répondrai bien sûr pas.

Pour revenir au présent, il faut aussi souligner que le règlement du championnat a un peu changé, non?

Oui, heureusement. Mais il faudra quand même que l’on ait eu le temps de disputer plus de la moitié des matches pour que la compétition soit validée... (Il marque une pause) Ce changement de règlement montre en tous cas que nous avons eu raison de nous battre jusqu’au TAS pour tenter de défendre ce que nous avions acquis sur le terrain. En quelque sorte, cette décision de l’ASF prouve que nous avions raison de ne pas accepter ce verdict inéquitable sur le plan sportif.

La déception est-elle définitivement digérée?

Je pense, même si notre président (Mario di Pietrantonio) n’a rien oublié. A dire vrai, ces premiers très bons résultats sont un petit soulagement pour nous tous. Avant que la saison ne débute, on pouvait se poser des questions sur la réaction des joueurs après la terrible désillusion qu’ils avaient connue. Mais dès les premiers entraînements, nous avons pu constater qu’au sein du groupe, la motivation était plus forte que jamais. L’équipe est entrée dans une bulle dont elle ne sortira, je l’espère, que pour la trêve hivernale.

A vos yeux, même quelques contre-performances ne pourraient donc pas perturber l’harmonie de cette équipe?

Je suis dans le football depuis trop longtemps pour être bien conscient qu’Yverdon ne gagnera pas tous ses matches. Il y aura donc inévitablement des jours où les choses ne tourneront pas comme on veut. Et nous égarerons alors probablement des points. Mais ce dont je suis sûr, c’est que l’équipe trouvera toujours et très vite la force mentale de réagir. Parce que tous les joueurs savent que cette promotion, ils vont d’abord aller la chercher pour eux-mêmes. Le groupe a été rajeuni cet été et la grande majorité des éléments qui le composent ont le niveau - comme certains l’ont déjà prouvé - de la catégorie supérieure.

Quand le nouveau stade sera-t-il prêt?

Vers la fin du mois de novembre en principe. Nous allons donc probablement l’inaugurer en mars prochain, pour le début de la seconde partie de saison. Si le virus le permet bien sûr.