Passer au contenu principal

Indépendants et APG«Si j’avais su tout ça, je ne serais jamais allée me faire tester»

Pour les indépendants, la mise à l’isolement peut être un casse-tête administratif. Une coiffeuse dénonce le fait de ne pas avoir eu droit à une allocation perte de gain après avoir été testée positive.

Testée positive au Covid début novembre, la coiffeuse Carole Kubler-Buchs a dû logiquement arrêter de travailler et se mettre en quarantaine.
Testée positive au Covid début novembre, la coiffeuse Carole Kubler-Buchs a dû logiquement arrêter de travailler et se mettre en quarantaine.
Patrick Martin

«On nous interdit de travailler et ne nous dédommage pas. C’est inacceptable.» Carole Kubler-Buchs est très remontée contre la décision de la Caisse cantonale vaudoise de Compensation AVS de ne pas lui accorder d’allocation pour perte de gain (APG) après son isolement en raison du Covid.

Pour mieux comprendre l’histoire de cette habitante de La Sarraz, un petit retour en arrière s’impose. Nous sommes début novembre. En ce jeudi matin, Carole Kubler-Buchs se sent patraque. Les symptômes correspondent à ceux du Covid et elle décide donc de s’auto-confiner en attendant de se faire tester. Coiffeuse indépendante, elle annule tous les rendez-vous des jours suivants et en obtient un à Yverdon le lendemain pour recevoir un diagnostic. Quelques heures après le frottis, le résultat tombe: positive, elle est placée en isolement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.