500 000 femmes face à 13 sénateurs

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La grève des femmes de vendredi dernier déploie un premier effet. Le Conseil des États a accepté hier, après le National, d’envoyer un signal: les grandes entreprises du pays sont invitées à intégrer au moins 30% de femmes dans leur conseil d’administration et 20% dans leur direction. Ce petit pas fait figure de symbole: les 500 000 personnes qui ont défilé dans la rue ont pesé davantage que les treize hommes qui ont voté non à cette réforme.


A lire: Vers davantage de femmes à la tête des entreprises


L’an dernier encore, cette disposition n’a franchi que d’un cheveu – une voix, trois abstentions – l’écueil du Conseil national. Mais nous sommes désormais en année d’élections fédérales et la mobilisation de vendredi dernier a sonné comme un avertissement. Le pas franchi peut paraître gentillet. C’est sûr, il sera indolore. Il ne concerne que 250 entreprises, dont les plus progressistes. On ne parle pas de quotas contraignants. Comme pour le contrôle de l’égalité salariale, au final, aucune sanction n’est prévue si ces valeurs cibles ne sont pas atteintes. Mais cette réforme vaut sans doute mieux que de grands effets de manches. Le changement nécessitera, au moins dans les directions, une vraie réflexion autour de la promotion et de la formation des employées. Cela prendra du temps. Mais dans ces entreprises où l’on choisit à l’interne les plus méritants – ou les plus dociles – pour accéder à la direction, c’est sans doute le bon chemin pour parvenir à briser des plafonds de verre si résistants en Suisse.

Ce petit pas vers l’égalité en appelle d’autres. Aujourd’hui, les mêmes conseillers aux États débattront du congé paternité. Leur commission compétente propose de l’étendre à deux semaines. Ironie de l’histoire: une proposition pour un congé identique avait été rejetée en 2016. La différence aujourd’hui, c’est que face à eux, les élus les plus hésitants ont une foule en colère. Et qu’en ce moment, le bruit des sifflets résonne encore.

Créé: 19.06.2019, 22h02

Lisa Bailat, Correspondante à Berne

Articles en relation

Vers davantage de femmes à la tête des entreprises

Parlement Cinq jours après la grève féministe, le Conseil des États invite les grandes entreprises à respecter des objectifs de genre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...