Ce foot romand qui a les pieds carrés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Disons-le franchement, les raisons de se réjouir pour les amateurs de ballon rond professionnel dans la région ne sont pas légion. Et pour une fois, il convient d’oublier les Genferei. C’est bel et bien du côté de Servette qu’il faut se tourner pour régaler un tant soit peu l’amateur. Alors, bien sûr, c’était encore de la Challenge League, mais les images que l’on a pu voir des Grenat qui s’amusent à une touche de balle font plaisir. Vivement leur retour au «plus haut niveau».


A lire aussi: Bob Ratcliffe a un peu rassuré les supporters lors du repas de soutien

L’autre jour, je me disais que cela allait être la fête de ce «plus haut niveau». Un bon petit Sion - Xamax de derrière les ceps avec Valère et Tourbillon en fond d’écran. Tout cela en direct sur la RTS et avec un vrai enjeu sportif. Mon cœur a saigné, en rouge et en noir. Et je n’ai tenu qu’une mi-temps. Après la pause, j’ai privilégié une autre Squadra, «criminale» celle-là. Un beau polar turinois qui vaut tous les Toro - Juve du monde. Laissant ce festival de pieds carrés en mode défensif, tétanisé, avec ses passes dont la précision égalait celle d’un aveugle dans un stand de tir juste avant le vote sur les armes. Pourtant, selon un collègue suiveur de matches, c’était «beaucoup mieux que certains autres». La vie d’un journaliste sportif n’est pas forcément drôle tous les jours.

Quand on parle avec des supporters du LS, l’analyse n’est pas forcément différente. Avec, en sus, un entraîneur qui ne voit pas pourquoi il devrait démissionner alors que son équipe, qui dispose d’un budget supérieur à certains clubs de première division, n’aligne que des prestations médiocres sans être certaine de décrocher une place de barragiste. Évitons même de parler du FC Sion, où la mise en scène de crise éternelle est signée Christian Constantin.

«La vie d’un journaliste sportif n’est pas forcément drôle tous les jours»

On se disait, en voyant le parcours du monsieur, que la nomination de Dominique Blanc à la tête du football suisse pouvait être une éclaircie dans ce ciel tout gris. Un vrai Vaudois avec son bon sens et son parler terrien qui allait remettre les valeurs du foot amateur – sueur, honneur, verdeur – au premier rang. Le premier entretien qu’il a donné sur la RTS, même si on lui donnera évidemment une seconde chance, n’incite pas à un enthousiasme débordant. Prenons par exemple les violences dans les stades. Déjà, selon lui, le mot «violence» est exagéré. Et puis, évidemment, c’est un problème de «société». Vu ce qu’on leur offre, c’est clair que ceux qui vont au stade ont parfois envie de cogner. Leur tête contre les murs. (24 heures)

Créé: 25.05.2019, 07h46

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

Comment Dominique Blanc est devenu président de l’ASF

Football Le Vaudois de 69 ans a été élu à une écrasante majorité. Le dossier du manager de l’équipe de Suisse est classé prioritaire. Plus...

Jean-François Collet: «Une Coupe de Suisse pour 1200 clubs»

Présidence de l’ASF A 51 ans, le vice-président de la Swiss Football League est persuadé que le football peut mieux se vendre. Interview. Plus...

Patron du foot suisse: trois candidats pour un vrai défi

Présidence de l’ASF Dominique Blanc et Jean-François Collet, deux Vaudois, briguent samedi la présidence de l’ASF. Kurt Zuppinger, le troisième candidat, pourrait profiter de son origine alémanique. Plus...

Le Lausanne-Sport frôle la faute professionnelle

Football Apathiques et sans envie, les Vaudois n’ont pas su battre Schaffhouse et profiter du nul concédé par Aarau Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.