L’Algérie veut écrire sa propre histoire

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout reste à faire. Mais il n’y a aucune raison pour que les Algériens boudent leur victoire. Leur mobilisation, massive et pacifique, a fait plier Abdelaziz Bouteflika ou du moins ceux qui mènent le pays depuis plusieurs années cachés derrière son fauteuil roulant. Pour certains, le dénouement survenu en ce début de semaine a un goût amer parce que le renoncement à un cinquième mandat s’accompagne d’une suspension du processus électoral et donc d’un maintien au pouvoir du président. Ceux qui jouissent de prébende au sein du pouvoir vont évidemment mettre à profit ce délai pour essayer de sauver les meubles. Cela peut être vu comme une aubaine.


Lire aussi : En coulisses, le clan de Bouteflika négocie sa survie


Mais c’est aussi une aubaine pour l’opposition qui n’était pas préparée, elle non plus, à un tel renversement de situation. Force est de constater que la rue a pris tout le monde de court. C’est bel et bien une nouvelle page de l’histoire de l’Algérie qui est en train de s’écrire. Les apparatchiks qui tenaient le pays tapis dans l’ombre d’Abdelaziz Bouteflika ne sont plus en position de force comme ils l’ont été par le passé. Ils vont devoir composer avec une société qui s’est libérée de ses chaînes. En quelques jours, tout est parti en miettes et la peur a changé de camp. Les magistrats sont descendus dans la rue et ont joint leur voix à celles des citoyens pour réclamer une véritable indépendance de la justice. Les journalistes ont quitté leurs écrans pour crier leur ras-le-bol de la censure.

La jeunesse a chanté et dansé son envie de vivre pleinement son époque. Les moudjahids, héros de la guerre pour la libération nationale, ont rappelé que leur combat avait été celui de la liberté et de l’émancipation.

En quelques jours, tout est parti en miettes et la peur a changé de camp

Cette jonction entre le passé et le présent porte quelque chose d’inédit. Bien malin celui qui sait d’avance ce qui va arriver maintenant. Une chose est sûre, cela ne ressemblera en rien à ce qui s’est passé en Libye, en Tunisie ou encore en Syrie. S’ils veulent le changement, les Algériens ont également fait savoir au reste du monde qu’ils étaient assez grands pour prendre eux-mêmes leur destin en main. Ce n’est sans doute pas un hasard si le terme de «printemps algérien» est banni. Beaucoup préfèrent voir dans les événements du moment les prémices d’un acte fondateur au même titre que l’accès à l’indépendance.

Créé: 12.03.2019, 22h07

Alain Jourdan, Correspondant à l'ONU

Articles en relation

L'ambassadeur du Venezuela en Suisse dénonce le coup d'État des États-Unis

Venezuela Interview Ambassadeur vénézuélien en Suisse, César Mendez Gonzalez tire la sonnette d’alarme sur la situation de son pays et l’ingérence américaine. A la frontière, la tension monte... Plus...

Juan Guaidó, vrai messie ou simple marionnette?

Venezuela C’est son mentor Leopoldo López, en résidence surveillée, qui aurait orchestré la campagne pour délégitimer et isoler le président Maduro. Plus...

«La solution au Venezuela passe par la fin de l'usurpation»

Le chef de l'opposition et président autoproclamé Juan Guaido affiche sa détermination à renverser la «dictature» de Nicolas Maduro et demande des élections libres. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.